Soupçonnée d’espionnage au profit du gouvernement chinois, le constructeur de smartphones Huawei est maintenant banni des Etats-Unis. Donald Trump a frappé un grand coup en annonçant l’interdiction aux entreprises américaines de travailler avec Huawei et Honor. Les sociétés basées aux USA n’ont plus le droit d’utiliser des équipements « conçus, fabriqués ou fournis par des personnes détenues par, contrôlées par ou soumises à la juridiction ou aux directives d’un adversaire étranger » et n’ont plus le droit de se fournir chez Huawei. Cela signifie donc que les mobiles Huawei et Honor n’ont plus l’autorisation d’utiliser des produits américains (Honor est une sous marque du groupe Huawei). Google est le premier concerné par cette annonce puisque les smartphones et tablettes Huawei & Honor utilisent le système d’exploitation Google Android.

Spécialisée dans les équipements et services de réseau et de télécommunications, Huawei ne peut immédiatement trouver une solution pour ses dizaines de millions de smartphones en circulation. Si la marque est très peu présente aux Etats-Unis, Huawei est en 2019 le second constructeur mondial de smartphones, derrière Samsung mais devant Apple et tous ses concurrents asiatiques. De plus, la marque gagne en notoriété et devient légitime à proposer des mobiles très haut de gamme comme le dernier Huawei P30 Pro qui est vendu à presque 700€.

Qu’en est-il aujourd’hui des smartphones Huawei et Honor ?

La décision du gouvernement américain contre Huawei va s’appliquer aux prochains appareils du constructeur chinois. Pour les mobiles actuellement vendus et utilisés, Google a affirmé que tout continuera de fonctionner normalement. Il n’est donc pas prévu que le système Android affiche un gros message d’erreur au milieu de l’écran ou que les applications soient bloquées du jour au lendemain.

Google l’affirme dans le tweet ci-dessous en précisant que les services Google Play continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants : « services like Google Play & security from Google Play Protect will keep functioning on your existing Huawei device. »

Pas d’inquiétude donc pour vos P20, P30 ou autre Mate et Honor. Vos smartphones vont continuer de pouvoir faire les mises à jour et installer applications et jeux !

Et demain ?

On ne peut pas encore deviner quelles actions seront appliquées par Huawei pour contrer cette interdiction. Se passer d’Android est un très gros chantier mais on sait que le constructeur chinois travaille depuis un moment sur un système d’exploitation maison. A la manière de Samsung et l’OS Tizen, depuis abandonné. Il n’est pas impossible de créer une alternative à Android mais l’écosystème Google est tellement présent qu’il est difficile de s’en passer. Outre l’interface du système d’exploitation, il faudra convaincre les éditeurs de porter leurs applications sur un « Huawei Store » pour que les utilisateurs retrouvent leurs jeux et apps (Facebook, Snapchat, Twitter…). Cela ne posera pas de problème pour les applications les plus populaires, les sociétés en question ne voudront pas perdre des dizaines de millions de clients, mais les petits développeurs auront peut-être plus de mal à créer une version spécifique Huawei. Et l’on se posera alors la question suivante : va-t-on acheter un mobile Huawei qui n’est pas 100% compatible avec le principal store d’applications ? Rappelons-nous que les utilisateurs de Windows Phone et Windows Mobile ont souffert d’une faible portabilité et en paient aujourd’hui le prix. Les applications Google, What’sApp et compagnie ont déserté le Store des appareils Microsoft / Nokia Lumia. Et que dire alors des applications Google, omniprésentes dans Android et très utiles au quotidien ? Gmail, Maps, YouTube…

Autre alternative, que Huawei utilise Android AOSP, la version open source de l’OS mobile dont les Etats-Unis ne peuvent empêcher l’utilisation (pour l’instant?). Mais le Chinois voudra-t-il encore baser son modèle économique sur un logiciel américain ? Sans Google, l’avenir est incertain pour Huawei et surtout pour ses futurs clients. Si la décision de Trump peut surprendre, il ne faut cependant pas omettre que Huawei est accusé d’espionnage à la solde du gouvernement chinois, ce qui fera encore plus hésiter les consommateurs en attendant le fin mot de l’histoire…