Il est important de garder à jour son serveur de base de données, surtout si celui-ci contient des données sensibles et est accessible depuis internet, voire est hébergé en cloud (Azure ou autre). Le SGBD Microsoft SQL Server dispose de Service Pack qui englobent toute une série de correctifs à installer en une seule opération. Mais comment savoir si son serveur SQL dispose des dernières mises à jour ? Windows Update ne s’occupe pas de ce produit tiers et les trop nombreuses informations des newsletters SQL Updates peuvent masquer une actualité importante.

Tous les deux ans environ, Microsoft dévoile une nouvelle édition de son logiciel SQL Server (2008, 2008 R2 en 2010, 2012, 2014 et actuellement 2016). Mais la firme américaine ne laisse pas son SGBD sans mise à jour durant deux ans, sans compter le reste de son cycle de vie d’une bonne dizaine d’années. Des Service Pack (SP) sortent de temps en temps pour éviter d’avoir à installer 150 KB et des Cumulative Update (CU) sortent régulièrement pour compacter une série de mises à jour récentes.

Ces Service Pack sont identiques selon l’édition de MS SQL Server : Standard, Enterprise, Datacenter et même la version gratuite Express.

 

Version SQL Server – Service Pack

Ces liens renvoient vers le téléchargement gratuit et officiel des Service Pack sur le site Microsoft, en langue française mais d’autres langages sont disponibles (anglais, espagnol, allemand, etc).

 

A chaque installation de Service Pack ou de Cumulative Update, le numéro de version SQL est modifié :

numero de version Microsoft SQL Server Service Pack Cumulative Update

 

Microsoft centralise les liens vers les dernières mises à jour Service Pack (SP) et Cumulative Update (CU) sur cette page TechNet. Ainsi, c’est l’assurance de toujours avoir la dernière mise à niveau des correctifs disponibles en un seul coup d’oeil.

Les montées en version (par exemple SQL Server 2008 R2 vers 2016) peuvent se faire moyennant l’achat d’une nouvelle licence dans la dernière version disponible. Les abonnés MSDN peuvent en profiter selon leurs droits et les entreprises ayant souscrit à une Software Assurance peuvent également en bénéficier sans surcoût, si ce n’est la main d’oeuvre et peut-être l’ajout de ressources matérielles dans le serveur.