Catégories
Expert Linux

Mise à jour Ubuntu en version supérieure

La mise à niveau d’une distribution Ubuntu Desktop se fait avec un outil graphique facile à utiliser. Dans le cas d’un serveur ou d’une machine qui ne dispose pas d’une couche graphique comme Unity, Gnome, KDE ou XFCE, la mise à jour en version supérieure n’est pas moins fastidieuse mais requiert quelques commandes et informations à prendre en compte. Ce sera fait grâce à la commande do-release-update. Bien sûr, il est possible de mettre à niveau (upgrade) un Ubuntu graphique avec cette méthode en ligne de commandes.

A noter qu’il n’est pas conseillé de réaliser cette migration en SSH, Ubuntu recommande de se connecter directement sur le serveur pour éviter les problèmes en cas de coupure réseau durant le processus de mise à niveau.

Si la machine héberge des rôles tels que serveur web Apache ou base de données MySQL, des étapes se rajouteront dans le processus d’upgrade afin de mettre à jour (ou non) les paquets qui concernent ces outils tiers. L’assistant conseillera également des actions à réaliser sur ces paquets.

Lorsque l’on met à jour une version LTS, le release update va automatiquement choisir la version LTS supérieure. Ce tutoriel prend l’exemple d’une machine virtuelle Ubuntu 14 LTS server mise à niveau en 16.04 LTS mais le processus est identique en passant de Ubuntu 12 à 14 ou de Ubuntu 16 à 18 LTS. Les éditions non-LTS prennent également en charge cette méthode de mise à niveau.

 

Migrer en version Ubuntu LTS supérieure

1. Ouvrir un Terminal (en local plutôt qu’en SSH).

2. Chercher les dernières mises à jour : sudo apt-get update

3. Installer les dernières mises à jour de la version en cours : sudo apt-get upgrade

4. Taper la commande de migration en version supérieure : sudo do-release-upgrade

5. Lire les modifications qui seront apportées et valider par « o » (la lettre O).

6. Les fichiers sont téléchargés depuis les serveurs Ubuntu.

7. Indiquer si les services devront être redémarrés : Yes.

8. Une confirmation est demandée pour supprimer des paquets obsolètes : « o » :

9. A la fin de l’opération, valider le redémarrage de l’ordinateur pour démarrer dans la nouvelle version LTS d’Ubuntu : « o » :

10. L’OS redémarre en version supérieure, indiquée dès le login :

Catégories
Téléchargement

Télécharger Ubuntu 16 LTS

Distribution Linux la plus répandue, Ubuntu est actuellement en version 16 et LTS. Ce système d’exploitation open source et gratuit est une alternative à Windows, la plus connue et la plus simple à utiliser pour un débutant Linux.

LTS signifie Long Term Support, c’est-à-dire que les mises à jour de sécurité seront maintenues durant cinq ans, un délai suffisamment long pour installer ce système sur des serveurs en production. Pour Ubuntu 16 LTS, le support tiendra donc jusqu’en avril 2021 et il sera toujours possible de migrer sur une LTS supérieure pour prolonger la durée de vie du serveur.

 

Télécharger Ubuntu Desktop 16.04 LTS

1. Se rendre sur cette page : https://www.ubuntu-fr.org/telechargement

2. Cliquer sur le bouton « Télécharger Ubuntu 16.04 LTS (64bits) » .

3. Le téléchargement du fichier ubuntu-16.04-desktop-amd64.iso démarre (1,4Go).

 

Télécharger Ubuntu Server 16.04 LTS

1. Ubuntu Server se trouve sur cette page : http://www.ubuntu.com/download/server

2. Cliquer sur le bouton orange « Download » .

3. Le fichier ubuntu-16.04-server-amd64.iso est une version allégée de 655Mo que l’on peut graver sur CD-R.

 

Télécharger Ubuntu 16 XFCE (Xubuntu)

Ubuntu avec environnement léger Xfce se nomme XUbuntu : http://www.xubuntu-fr.org/telechargement

 

Télécharger Ubuntu 16 KDE (Kubuntu)

KDE est un environnement de bureau largement répandu et sa version Ubuntu s’appelle Kubuntu : http://www.kubuntu-fr.org/telechargement

 

Catégories
Expert Outils

Linux : test de performance du disque dur

Sous Linux, il existe une manière simple et rapide de tester les performances d’un disque dur. Mieux qu’un logiciel à installer, l’outil hdparm ne prend que quelques secondes pour donner une idée des performances d’un serveur ou d’un poste de travail classique.

 

Installer l’outil Linux hdparm

Le paquet hdparm est sûrement préinstallé sur le système mais au cas où :

  • sudo apt-get install hdparm sous Debian et Ubuntu
  • yum install hdparm sous Red Hat, Suse, CentOS et Fedora

 

Utiliser hdparm

Avec les réglages par défaut, on obtient déjà des résultats intéressants :

(sudo) hdparm -tT /dev/sda

HDPARM sur une VM d’un cluster VMware ESXi sur SAN :

HDPARM sur serveur physique avec disques SAS 15KRPM RAID1 :

HDPARM sur serveur physique avec disques SSD RAID10 :

HDPARM sur machine virtuelle d’un serveur VMware vSphere avec disques SSD RAID10 :

Pour information, les deux derniers exemples sont basés sur la même machine physique (Dell PowerEdge R620 avec 6x200Go SSD en RAID10 sur une PERC H710). On voit que la couche VMware coûte un peu en performances disque. La VM d’exemple était la seule hébergée sur ESXi 5.5u3, donc avec le maximum de performances possible, avec les drivers Open VM Tools.

Beaucoup d’options sont configurables : man hdparm ou sur la doc Ubuntu.

Catégories
Expert Logiciels Virtualisation

Installer les VMware Tools sur Linux

L’installation d’une machine virtuelle sous VMware vSphere, VMware Workstation, VMware Fusion ou VMware Player implique d’installer les drivers (pilotes) du matériel virtuel. Ces VMware Tools sont à installer sur tous les systèmes (Windows, Linux, etc). Si l’installation sous Windows se fait en quelques clics, un serveur Linux en mode console ne se configure pas de la même façon.

Ce tutoriel explique comment installer les drivers VMTools sur distributions Linux : Ubuntu, Debian, Red Hat, Fedora, CentOS et autres OS associés.

 

Installer les VMware Tools sur Ubuntu / Debian

1. Avec le vSphere Client, depuis la Console de la VM, aller dans le menu VM, Guest, Install/Upgrade VMware Tools. L’ISO des Tools va être chargé dans la machine virtuelle.

2. Ouvrir une console locale ou distante pour créer un dossier de montage : sudo mkdir /mnt/cdrom
Confirmer la commande en saisissant le mot de passe root ou utilisateur autorisé.

3. Monter le disque : sudo mount /dev/cdrom /mnt/cdrom
La commande peut renvoyer un message qui indique que le média est protégé en écriture et qu’il sera monté en lecture seule, cela suffit pour lire les fichiers de l’ISO.

4. Lister les fichiers pour identifier la version exacte des VM Tools : ls /mnt/cdrom
Dans cet exemple : VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz (ESXi 5.5u2 à jour)

5. Extraire les fichiers de l’archive dans un dossier :
tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-x.x.x-xxxx.tar.gz -C /tmp/
Dans notre exemple, cela donnerait : tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz -C /tmp/
Les fichiers sont extraits et listés dans la console.

6. Aller dans le dossier de décompression des VMware Tools : cd /tmp/vmware-tools-distrib/

7. Installer les VMTools : sudo ./vmware-install.pl -d
« -d » permet de valider chaque étape avec les paramètres par défaut.

Si le message suivant apparait : « open-vm-tools are available from the OS vendor and VMware recommends using open-vm-tools. See http://kb.vmware.com/kb/2073803 for more information. » , il convient d’installer les Open VMTools de cette façon : sudo apt-get install open-vm-tools
Note : un sudo apt-get update est peut-être nécessaire pour installer ce paquet.

 

Installer les VMware Tools sur Fedora / Red Hat / CentOS

1. Avec le vSphere Client, depuis la Console de la machine virtuelle, aller dans le menu VM, Guest, Install/Upgrade VMware Tools. Cela va charger l’ISO des VMTools dans le lecteur CD de la VM.

2. Ouvrir une console pour créer un dossier de montage : mkdir /mnt/cdrom
Il faut confirmer la commande en saisissant le mot de passe utilisateur.

3. Monter le disque : mount /dev/cdrom /mnt/cdrom
La commande peut indiquer que le disque sera monté en lecture seule.

4. Lister les fichiers de l’ISO pour identifier la version exacte des VM Tools : ls /mnt/cdrom
Identifier par exemple : VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz

5. Extraire les fichiers de l’archive tar.gz dans un dossier temporaire : tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-x.x.x-xxxx.tar.gz -C /tmp/
Dans notre exemple, cela donnerait : tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz -C /tmp/

6. Se rendre dans le dossier de décompression des VMware Tools : cd /tmp/vmware-tools-distrib/

7. Installer les VMTools : ./vmware-install.pl -d
« -d » permet d’éviter d’avoir à valider chaque étape en prenant les paramètres par défaut.

 

Dans certains cas, le setup des VMTools officiels recommande d’installer les Open VM Tools. Ces drivers sont donc liés au système et non pas à l’hyperviseur ESXi. Ces OpenVMTools se mettent à jour avec les paquets de l’OS.
Installer les Open-VM-Tools : yum install open-vm-tools