Catégories
Actualité

Nouveautés Veritas Backup Exec 21

Backup Exec, le logiciel qui est passé de Veritas à Symantec avant de redevenir un produit Veritas, a perdu de son monopole des logiciels de sauvegarde ces dernières années. Avec la montée en puissance de la virtualisation et le succès grandissant de Veeam, Veritas Backup Exec doit se renouveler et gagner en image de logiciel performant et actuel pour sauvegarder du cloud et les environnements virtuels, tout en garantissant une sécurité des données en cas d’attaque de ransomware.

Comme chaque année, Backup Exec évolue dans un nouveau numéro de version. C’est donc Backup Exec 21 depuis le mois de septembre 2020, un peu en avance sur l’année 2021, avec des correctifs (Backup Exec 21.1, puis 21.2, etc).

Voici un tour d’horizon des nouveautés et des améliorations apportées par Veritas Backup Exec 21, la solution de sauvegarde et de protection des données et des systèmes d’exploitation en entreprise.

 

Quoi de neuf dans Veritas Backup Exec 21

Ransomware Resiliency v2 : amélioration de la protection des données contre les ransomwares.

Sécurité renforcée de l’algorithme de déduplication.

Authentification à 2 facteurs pour accéder à la console de gestion BE.

Nouveau modèle de licence : Bronze, Silver et Gold.

Ajout de la compatibilité avec les OS suivants : Red Hat Enterprise Linux 7.7 / 8 / 8.1, Windows Server 2019 (19H2), Windows 10 19H2, Oracle Linux 8 / 8.1, CentOS 6.10 / 7.7 (x64), SUSE Linux Enterprise 12 SP4 & 15 SP1, Debian 10.0 (x64), Veritas Enterprise Vault 12.5.

Conservation évidente de la compatibilité avec les hyperviseurs VMware et Hyper-V, mais aussi le support des stockages Amazon S3, Amazon Glacier et Glacier Deep Archive.

 

Veritas Backup Exec 21.1 ajoute

Sauvegarde des données cloud Microsoft Azure et Amazon FSx for Windows.

Le support de la protection de bases de données Microsoft SQL Server Always On, l’option haute disponibilité du SGBD. Sauvegardes et restaurations compatibles avec MSSQL Server 2012 et plus récent.

Compatibilité avec les OS Microsoft les plus récents : Windows Server version 2004 et Windows 10 2004. Ajout de la compatibilité avec les workloads SharePoint 2019 et Oracle 18c.

 

Guide de l’administrateur Veritas Backup Exec

Document en ligne pour administrer le logiciel Backup Exec 21.x

 

Sécurité contre les ransomwares

Catégories
Expert Logiciels

Prérequis pour Veritas Backup Exec 20

Le logiciel de sauvegarde Backup Exec 20 correspond à la version de l’année 2020, sorti courant 2019. L’outil est repassé sous l’éditeur Veritas après quelques années chez Symantec mais le principe de fonctionnement n’a pas changé. Solution complète pour sauvegarder les données en entreprise, Backup Exec reste une référence pour dupliquer un serveur de fichiers, des sources de développement, etc.

Les supports source et destination peuvent être nombreux : disque, bande LTO, NAS, SAN et même cloud. De quoi assurer des sauvegardes rapides en interne et l’externalisation des données ainsi que des machines virtuelles.

 

Systèmes d’exploitation pour le serveur Backup Exec

Uniquement compatible Windows Server, Veritas a su conserver une interopérabilité avec les anciennes versions de l’OS Microsoft. En effet, nul besoin d’installer Windows Server 2019 puisqu’un vieux WS2008 suffira (mais pas pour recevoir les correctifs de Windows Update).

Veritas ajoute la compatibilité avec Windows Small Business Server 2008 et SBS 2011, même si Microsoft ne supporte plus ces OS.

 

OS compatibles avec les agents Backup Exec

En plus de tous les OS serveurs cités ci-dessus, les agents de sauvegarde pourront être également installés sur des workstations Windows 7 SP1 (x86 et x64), Windows 8, 8.1 et 10, à chaque fois en 32 et 64 bits.

Les distributions Linux et UNIX ne sont pas en reste, avec :

De manière plus générale, BE20 supporte les systèmes de fichiers de type ext2, ext3, ext4, VxFS, REISER et JFS. Attention car le Remote Agent for Linux Servers (RALUS) ne pourra être ajouté sur un Linux installé en mode minimal.

 

Compatibilité Backup Exec 20 avec les solutions cloud

Backup Exec 2020 est compatible avec les stockages cloud suivants :

  • Alibaba Cloud Object Storage Service
  • Amazon S3 Simple Storage Service et Glacier
  • Amazon Web Services
  • Chunghwa Telecom hicloud S3
  • Cloudian HyperStore
  • Dell EMC Elastic Cloud Storage (ECS)
  • DOCKS by PingUs
  • Google Cloud
  • IBM Cloud Object Storage
  • Infoniqa Swiss3Cloud
  • Microsoft Azure
  • Private S3 Cloud Storage
  • Quantum Q-Cloud Protect
  • RedHat Ceph Storage
  • Scality RING Storage
  • Telefonica Open Cloud
  • Veritas Access Storage

Point donc de Dropbox, Microsoft OneDrive, SharePoint ou de Google Drive. Les solutions compatibles sont toutes de niveau professionnel avancé.

Catégories
Expert Logiciels

Télécharger et installer Commvault

D’après Wikipedia, Commvault est un éditeur de logiciels de protection des données et de gestion de l’information. Pour un informaticien, il s’agit d’un logiciel de sauvegarde (et de restauration). Ce tutoriel explique comment télécharger gratuitement et installer un serveur Commvault Complete Backup & Recovery pour essayer ce puissant outil de sauvegarde local et cloud. Commvault prend en compte les données, les bases de données, les VM dans hyperviseur (VMware, Hyper-V) et supporte les plans de disaster recovery.

Prérequis OS : uniquement compatible Windows Server 2012, 2012 R2, 2016 et 2019. Pas de Linux supporté. Un Microsoft SQL Server sera installé durant l’opération.

 

Télécharger et installer un serveur Commvault

1. Ouvrir le fichier setup téléchargé, par exemple CommvaultExpress_R80_SP16_12June19.exe et extraire dans le dossier proposé.

2. Accepter le contrat de licence.

3. Dans cet exemple, on installe le logiciel sur ce serveur. Choisir « Installer les packages sur cet ordinateur » sachant que l’on peut donc déployer les paquets sur un ordinateurs distants si l’installation est réalisée depuis un poste de travail.

4. Le téléchargement des composants requis se fait automatiquement, il faut donc un accès internet sur le serveur.

5. Par défaut, l’installation veut se faire sur le disque système, dans le dossier C:\Program Files\Commvault\ContentStore. L’espace requis est de 6,5Go.

6. D’autres utilitaires requis sont téléchargés (Python, SciPy, MongoDB, .NET Framework 3.5, SQL Server Express, IIS) et bien sûr le logiciel Commvault lui-même (CommServer. Workflow Engine, Web Server, CommCell Console, Command Center,  Cette étape est plus tôt longue et dépend des performances du serveur ainsi que du débit internet en download.

7. Un message indique que l’installation est terminée. Deux liens sont donnés :

  • https://serveurcommvault.domaine.local/adminconsole : console d’administration Commvault
  • http://documentation.commvault.com/commvault/v11/article?p=50492.htm : pour configurer le HTTPS

Le HTTPS n’étant pas encore configuré, l’ouverture de ces pages peut provoquer un message d’avertissement de la part du navigateur.

Pour plus de confort, il est recommandé d’utiliser un navigateur alternative à IE11, le browser par défaut de Windows Server 2016 et même 2019. Mozilla Firefox ou Google Chrome sont de meilleurs logiciels pour utiliser Commvault et le Javascript.

8. La console d’administration web est disponible. La première connexion à l’Admin console demande de créer un nouveau compte ou d’utiliser un compte Commvault existant. Utiliser les informations utilisées pour télécharger le logiciel et le code d’activation reçu par mail, c’est déjà un compte existant chez Commvault.

Catégories
Débutant iOS (iPhone iPad)

Sauvegarde automatique et gratuite des photos d’un iPhone

Combien de personnes ont pratiquement pleuré parce qu’elles avaient perdu toutes les photos qui se trouvaient sur leur téléphone ? Nous ne sommes pas à l’abri d’une panne d’un appareil électronique, surtout aussi fragile qu’un smartphone. Il est facile de faire tomber un iPhone sur le sol, dans les toilettes, se faire pousser dans une piscine. Quand ce n’est pas l’appareil qui rend tout simplement l’âme après des années de bons services, ou encore en période de garantie. Puisque l’on sait très bien qu’on « fera une sauvegarde des photos demain », un demain qui n’arrive jamais, pourquoi pas résoudre le problème de manière définitive : ce tutoriel explique comment programmer une sauvegarde automatique et gratuite des photos prises avec un iPhone ou un iPad, des appareils qui tournent sur le système iOS. En plus des photos, le système fera aussi la sauvegarde des vidéos prises avec l’iPhone ou l’iPad. Si Apple propose cette fonction avec iCloud, le quota gratuit est limité à 5Go et il faudra ensuite mettre la main au porte monnaie. La solution détaillée ici est complètement gratuite et se base sur l’application mobile Google Photos. Il est donc simplement nécessaire d’avoir un compte gratuit chez Google, c’est-à-dire une adresse Gmail. Et si ce n’est pas le cas, ouvrir une boite mail Gmail est très simple.

Multi-plateformes, Google Photos fonctionne aussi sur Android et l’accès par un ordinateur est très simple : https://photos.google.com/. Cela signifie qu’en cas de changement de téléphone, que le nouveau soit un iPhone ou un Android (Samsung, Sony, Xiaomi…), on retrouvera toutes les photos sauvegardées sur iPhone en réinstallation simplement l’application Google Photos. De quoi aborder sereinement le changement de téléphone, volontaire ou non (suite à une panne ou un accident). La même chose existe aussi pour faire une sauvegarde automatique des photos Android.

Google Photos permet aussi la création d’albums partagés. Alors que la Photothèque iPhone limite la consultation et l’ajout aux seuls appareils iOS, Google Photo permet de contribuer à un album de photos depuis n’importe quel périphérique. Vous pouvez avoir un iPhone, vos parents un Android, la grand-mère une tablette Samsung, l’enfant un petit smartphone Wiko, tout le monde pourra regarder et ajouter des photos et des vidéos de cet album partagé.

 

Configurer la sauvegarde automatique des photos et vidéos iPhone / iPad

1. Sur le périphérique iOS, ouvrir l’application AppStore (icône bleue).

2. Appuyer sur le bouton « Rechercher » en bas à droite et taper « google photos » pour trouver l’application Google Photos (attention, une autre application peut se trouver en tête de liste, il s’agit d’une publicité) :

3. Obtenir / télécharger l’app Google Photos.

4. Ouvrir l’application Google Photos.

5. Google Photos souhaite accéder à vos photos : répondre OK.

6. Autoriser ou non les notifications. Elles peuvent s’avérer pratique quand quelqu’un ajoute du contenu à un album partagé

7. Si vous avez déjà des applications Google sur le téléphone ou la tablette, votre compte @gmail.com sera reconnu. Sinon, demander la « Connexion » pour se connecter à votre compte Google.

8. Un écran propose de « Protégez vos souvenirs » en faisant une sauvegarde des photos en mode privé. Valider par le bouton bleu « Sauvegarder dans le compte xxx » :

9. Indiquer le paramètre de sauvegarde :

  • Haute qualité (stockage gratuit illimité)
  • Taille d’origine (dans la limite de 15Go gratuits, ensuite ce sera payant)

Décocher « Utiliser les données mobiles en l’absence de Wi-Fi » pour que la sauvegarde ne se fasse qu’à la maison, sur une connexion wifi, ceci pour ne pas utiliser le forfait data 3G / 4G, surtout en vacances ou en déplacement à l’étranger. Appuyer sur « Confirmer » pour continuer.

10. C’est tout, il n’y a rien de plus à configurer. Si une connexion wifi est disponible, la sauvegarde va automatiquement démarrer. Sinon, ce sera une fois rentré à la maison ou connecté à n’importe quel réseau sans-fil Wifi. Un message indique quand la sauvegarde est terminée. A chaque nouvelle photo, si l’iPhone ou l’iPad est connecté au WiFi, la sauvegarde du cliché sera immédiate. Pareil avec une nouvelle vidéo. Cela pourra donc impacter l’autonomie de l’appareil puisque le transfert de données consomme un peu de batterie.

11. On peut vérifier ou modifier les paramètres de la sauvegarde automatique dans le menu Paramètres, Sauvegarde et synchronisation :

Catégories
Intermédiaire Logiciels

Cloner un disque dur vers un SSD Samsung

Pour redonner un coup de jeune à votre ordinateur fixe, pour rendre un PC portable (même neuf) plus performant, vous avez décidé d’investir quelques dizaines d’euros dans un disque SSD. Bonne nouvelle ! Les performances de la machine vont s’envoler pour moins de 100€. La vitesse d’exécution d’un SSD n’a rien à voir avec le meilleur des disques durs traditionnels, même les WD Raptor qui tournaient à 10 000 tours par minute. Et quand on sait qu’en standard, la majorité des ordinateurs (même chez Apple) est vendue avec un disque dur qui ne tourne qu’à 5 400 tours / min, on imagine tout l’intérêt d’un petit SSD. Et il n’est pas nécessaire de jeter le classique HDD SATA d’origine, ce disque de grande capacité sera facilement converti en disque de données ou de sauvegarde après l’opération de conversion.

Idéalement, le nouveau SSD a une capacité supérieure au disque actuellement utilisé. Si la taille est identique, il n’y aura pas de problèmes mais cela nécessitera une approche différente si l’on souhaite par exemple cloner un HDD 1To sur un SSD 250Go. C’est possible mais uniquement si l’espace disque utilisé sur le vieux disque est inférieur à la capacité du nouveau SSD.

Ce tutoriel explique comment cloner un disque dur vers un SSD de marque Samsung grâce au logiciel fourni gratuitement par le constructeur. Une opération simple à réaliser, qui nécessite juste savoir remplacer un disque physique au coeur de la machine. Plus facile à réaliser sur un PC fixe que dans un ordinateur portable, il faudra s’assurer de savoir réaliser cette opération de maintenance avant de se lancer dans la procédure de duplication.

Si ce logiciel Samsung est gratuit et compatible avec la gamme des disques SSD du constructeur coréen, il ne sera pas possible d’utiliser cet outil pour dupliquer vers un nouveau SSD d’une autre marque. Par contre, aucun problème pour copier des données à partir d’un disque tiers, qu’il soit de fabrication Samsung, Western Digital, Seagate, Hitachi, Toshiba…

Les disques SSD cibles Samsung certifiés sont : SSD série 470, 750, 830, 840, 850, 860, 950, 960, 970. A chaque fois, les versions EVO et PRO sont compatibles.

Le logiciel de clone Samsung peut être installé sur Windows 10, 8.1, 8, 7, Vista et même XP. A chaque fois, en 32 et 64 bits. La partition d’origine à copier doit être au format MBR ou GPT.

Acheter un disque SSD pas cher sur Amazon

 

Adaptateur USB – disque SSD pour ordinateur portable

Pour remplacer le disque dur traditionnel d’un PC portable par un SSD, il faudra brancher le nouveau disque en externe sur l’ordinateur. Cela passera par un adaptateur USB – SATA qui ne coûte que quelques euros sur Amazon. Acheter un adaptateur USB – disque SSD pour 10€. C’est la seule solution pour connecter deux disques en même temps sur un laptop qui ne dispose que d’un seul emplacement disque dur interne.

 

Migrer un disque dur vers un SSD en quelques clics

1. Démarrer l’ordinateur Windows et connecter le nouveau disque SSD Samsung, que ce soit en S-ATA interne ou via un adaptateur USB.

2. Télécharger le logiciel Samsung Data Migration depuis le site officiel. Bien choisir « Data Migration Software » dans la liste, programme qui pèse 36MB en version 3.1.

2. Installer et ouvrir le logiciel Samsung Data Migration. Fermer tous les autres programmes ouverts sur l’ordinateur, entre autre le navigateur internet qui a servi à télécharger l’application.

3. L’introduction de l’assistant confirme que l’on peut migrer vers ce nouveau disque SSD en conservant le système d’exploitation Windows, les logiciels et les documents personnels.

4. Confirmer que le Disque source est l’actuel C: et que le Disque cible est bien le « Samsung SSD… » (qui prendra aussi la lettre C). Dans cet exemple, on migre un SSD Samsung 120Go vers un SSD Samsung 250Go.

5. Un avertissement prévient que le nouveau disque SSD sera totalement effacé, qu’il soit vierge ou qu’il contienne des fichiers. Confirmer le démarrage du clonage par « Oui » :

6. La copie démarre et prendra le temps nécessaire pour cloner tout le contenu du disque source vers le SSD cible. La durée est estimée mais ne pas utiliser l’ordinateur durant ce temps et surtout ne pas le mettre en veille, l’arrêter ou le débrancher.

7. A la fin de l’opération, un message indique que l’opération s’est bien déroulée. Fermer le logiciel Samsung.

8. Eteindre l’ordinateur.

9. Remplacer le disque d’origine par le nouveau SSD. Ne pas rebrancher l’ancien disque dur.

10. Démarrer l’ordinateur, Windows tourne. Vérifier que ça fonctionne correctement.

11. L’ancien disque peut être conservé en l’état durant quelques jours, au cas où il y aurait eu une erreur durant la copie. Ensuite, on peut le ranger dans un tiroir, le brancher en tant que disque secondaire dans le PC fixe (attention à ce que le Bios ne démarre pas dessus à la place du nouveau SSD), en faire un disque dur externe USB pour les sauvegardes, etc.

Catégories
Intermédiaire Logiciels

Outlook : sauvegarder la saisie semi-automatique des adresses e-mail

Les utilisateurs du logiciel Outlook l’apprécient grandement. L’outil de messagerie du pack Microsoft Office propose une liste de destinataires lorsque l’on tape les premières lettres d’une personne ou de son adresse mail dans les champs A, Cc et Cci. Mais quand on change d’ordinateur ou que l’on doit réinstaller Windows sur son PC, ces informations pré-remplies sont malheureusement perdues. Si Microsoft Outlook ne propose pas de sauvegarder ces suggestions dans une option native du logiciel, une solution alternative existe pour les transférer sur une autre machine.

Ce tutoriel explique comment sauvegarder et restaurer la liste de saisie semi-automatique du logiciel Microsoft Office Outlook. Ce guide est compatible avec les versions Outlook 2010, 2013, 2016 et 2019, donc également pour les abonnés à Office 365 avec un ou plusieurs comptes de messagerie Exchange, Office 365, Outlook.com ou autre fournisseur IMAP (Google Gmail, Orange, SFR, Numericable, Videotron, Bell…). La procédure avec Outlook 2007 est différente, également si le compte mail configuré est de type POP.

Si l’outil gratuit utilisé dans ce tutoriel n’est pas de source Microsoft, c’est bien MFCMAPI qui est conseillé par le Support Microsoft Office pour réaliser l’opération de sauvegarde des entrées de saisie automatique dans les champs d’adresse de la messagerie Microsoft Outlook.

 

Récupérer les mails de saisie semi automatique dans Outlook

Avec un compte Office 365, Exchange Server ou IMAP

Sauvegarde

1. Fermer l’application Outlook et/ou quitter le webmail (Outlook Web Access).

2. Télécharger MFCMAPI depuis Github. Choisir la version x86 pour un Office 32 bits ou x64 pour Office 64 bits.

3. Ouvrir le programme MFCMAPI (mfcmapi.exe).

4. Si Windows SmartScreen demande l’autorisation pour exécuter ce programme, cliquer sur « Informations complémentaires » puis « Exécuter quand même » pour démarrer l’utilitaire.

5. Aller sur le menu Session, Logon.

6. Valider la connexion au profil Outlook si la question est posée.

7. Une liste s’affiche avec le(s) compte(s) configuré(s) dans Outlook.

8. Double cliquer sur le compte principal.

9. Dans le panneau de gauche, dérouler « Racine – Boite aux lettres » (Root Container) et « IPM_SUBTREE » ou « Top of information Store » :

10. Faire un clic droit sur Boite de réception (Inbox) et sélectionner « Open Associated Content Table » :

11. Une nouvelle fenêtre s’ouvre. Agrandir si besoin pour voir la colonne Subject. Trouver la ligne avec le Subject « IPM.Configuration.Autocomplete » et faire un clic droit dessus pour sélectionner « Export Message » (au singulier).

12. Une nouvelle fenêtre s’ouvre (Save Message to File) et dans la liste proposée, choisir le format « MSG file (UNICODE) » avant de valider par OK.

13. Enregistrer le fichier sur l’ordinateur. Par défaut, le fichier de sauvegarde a un nom du type « IPM.Configuration.Autocomplete_000[…]000.msg »

Restauration

1. Sur le nouvel ordinateur ou après réinstallation de Windows et du pack Office, une fois le compte Outlook reconfiguré, copier/télécharger et ouvrir le programme MFCMAPI après avoir fermé le logiciel Microsoft Outlook. Se connecter à nouveau au compte Outlook. Le tutoriel se répète à la manière de la sauvegarde, à l’exception qu’il faut d’abord supprimer le IPM.Configuration.Autocomplete avant de recopier la version récupérée sur l’ancien PC.

2. Dans la colonne Subject, trouver IPM.Configuration.Autocomplete. Faire un clic droit dessus et Delete Message.

3. Dans la fenêtre Delete Item, sélectionner « Permanent deletion (deletes to deleted item retention if supported) » et valider par OK.

4. De retour dans l’écran « Boite de réception (Hidden Contents) » , aller dans le menu Folder, Import, From MSG.

5. Charger le fichier .MSG de la sauvegarde.

6. Dans la fenêtre Load MSG, sélectionner « Load message into current folder » et valider avec OK.

7. Les informations AutoComplete sont restaurées sur le nouvel ordinateur et la saisie semi-automatique est récupérée de l’ancien logiciel Microsoft Outlook.

Catégories
Intermédiaire Logiciels

Outlook : sauvegarder les données et paramètres

Dans l’objectif de réinstaller son PC, de migrer sur un nouvel ordinateur ou de simplement réaliser une sauvegarde préventive, ce tutoriel explique comment exporter les dossiers Outlook qui contiennent les mails, le calendrier, les contacts et les tâches : tout le contenu d’Outlook.

La procédure ci-dessous a été réalisée avec Outlook 2013 mais les autres versions disposent du même outil de sauvegarde intégré au logiciel de messagerie de la suite Microsoft Office. Ce guide est également le même, quelle que soit la version de Windows. Le programme Microsoft Outlook fonctionne de la même manière sur Windows 7, 8, 10 et même Windows Server.

Ce tuto ne fonctionnera pas pour l’application mobile Outlook sur Android et iOS, que ce soit sur smartphone ou tablette. Dans ce cas, il s’agit d’une synchronisation en temps réelle en IMAP ou Exchange donc il n’est pas nécessaire de réaliser une sauvegarde. Une simple connexion à un nouvel appareil va récupérer tout le paramétrage et les données (contacts, agenda, messages) depuis le serveur d’entreprise ou le service Hotmail / Outlook.com.

 

Exporter les données et paramètres de Microsoft Outlook

1. Ouvrir le logiciel Microsoft Outlook de la suite Office, cliquer sur le menu Fichier, Ouvrir et exporter, Importer/Exporter.

2. Choisir « Exporter des données vers un fichier » . Cet assistant de sauvegarde est le même depuis plus de dix années de versions d’Outlook.

3. Demander à créer un « Fichier de données Outlook (.pst) » (le PST est le format universel spécifique à Outlook).

4. Sélectionner un dossier (compte) à sauvegarder. Vérifier que la ligne « Inclure les sous-dossiers » soit cochée.

5. Donner un nom au fichier de sauvegarde.

6. Indiquer si besoin un mot de passe (optionnel) pour protéger le fichier PST.

7. L’opération est plus ou moins longue selon la taille du dossier Outlook. Les messages, événements du calendrier et adresses des contacts seront sauvegardés dans un fichier unique (.PST) pour servir de copie de secours ou pour importer sur un autre ordinateur.

Catégories
Expert Windows Server 2012 / R2 Windows Server 2016

Configurer le logiciel de Sauvegarde Windows Server

MIcrosoft fournit gratuitement un outil de sauvegarde pour Windows Server. Basique mais fiable, cette application intégrée au système d’exploitation permet de réaliser des sauvegardes quotidiennes de ses données ou du système entier. Ses principales limites sont au niveau de la planification et de l’emplacement des backups : impossible d’envoyer les données sur un lecteur réseau, un NAS ou un serveur distant, il faudra que les copies soient déposées sur un disque dur interne à la machine ou un disque USB connecté au serveur physique. Si cela ne vous convient pas, il faudra donc passer sur un autre logiciel de sauvegarde pour affiner les paramètres de configuration.

Ce tutoriel explique comment paramétrer une sauvegarde automatique avec l’outil intégré de Windows Server. Un utilitaire à installer en suivant ce guide. Cette procédure pour wsbackup est compatible avec Windows Server 2008 / R2, 2012 / R2 et 2016.

 

Installer une sauvegarde automatique avec Windows Server

1. Ouvrir le Gestionnaire de serveur. Menu Outils (en haut à droite), Sauvegarde Windows Server (s’il n’est pas installé, suivre cette procédure).

2. Le panneau de droite « Actions » propose plusieurs fonctions :

  • Planification de sauvegarde : pour programmer des sauvegardes automatiques
  • Sauvegarde unique : pour lancer une seule sauvegarde immédiatement
  • Récupérer : restaurer des données ou le système complet depuis une sauvegarde Windows Server

4. Choisir « Planification de sauvegarde » pour automatiser une copie régulière des données.

5. Demander à sauvegarder le « Serveur complet » (système d’exploitation + données de toutes les partitions et disques ou juste certains dossiers à sélectionner (Personnalisé).

6. Le choix des fréquences est limité : soit chaque jour à la même heure, sans exclusions possibles (ni week-end ni jour férié) ou affiné à la minute. On peut cependant planifier plusieurs sauvegardes par jour renforcer la sécurité des données hébergées sur le serveur.

7. Choisir le « Type de destination » selon le support qui sera utilisé pour les sauvegardes :

  • Sauvegarder vers un disque dur dédié aux sauvegardes : disque interne ou USB qui sera effacé et affecté à la sauvegarde Windows Server
  • Sauvegarder vers un volume : copier les données sur un disque local en le laissant dans son format d’origine (NTFS) et ainsi le conserver également pour un autre usage
  • Sauvegarder sur un dossier réseau partagé : dans le cadre d’un NAS ou d’un partage sur un disque ou serveur distant (important : il n’y aura pas d’historique des versions, seule la dernière sera conservée)

8. Ajouter le disque ou le partage comme destination de sauvegarde. Par exemple ici avec l’emplacement réseau.

9. Un récapitulatif récapitule la planification de sauvegarde. Valider par Terminer.

10. L’historique des sauvegardes sera affiché avec le détail pour chacune d’entre elles et son statut (réussie ou échec).

Catégories
Expert Sécurité Windows Server 2012 / R2 Windows Server 2016

Restaurer un fichier avec l’outil de Sauvegarde Windows Server

Les différentes versions de Windows Server sont livrées avec un outil de sauvegarde, qui permet de sauvegarder tout ou partie d’un serveur animé par le système d’exploitation de Microsoft. Basique mais gratuit et fiable, l’utilitaire Sauvegarde de Windows Server doit être installé car il n’est pas activé par défaut.

Ce tutoriel explique comment restaurer des fichiers et des dossiers depuis une sauvegarde Windows Server, à partir d’un backup réalisé avec le logiciel gratuit de Microsoft. Le support doit évidemment être physiquement branché au serveur ou accessible via le réseau pour pouvoir récupérer les fichiers.

Cette procédure est compatible avec les systèmes d’exploitation serveur Microsoft Windows Server 2016, 2012 / R2 et 2008 / R2.

 

Restaurer des fichiers avec Windows Server Backup

1. Ouvrir l’outil de Sauvegarde de Windows Server, par exemple via le Gestionnaire de serveur.

2. Dans la liste affichée, chaque ligne indique l’heure de début de la sauvegarde avec la description « Réussite » pour confirmer que tout s’est bien déroulé.

3. Cliquer sur « Récupérer » dans le menu de droite.

4. Indiquer où est stockée la sauvegarde.

5. Choisir la date à partir de laquelle effectuer la restauration de fichiers.

6. Préciser le type de données à récupérer : « Fichiers et dossiers » dans notre exemple.

7. Naviguer pour sélectionner les éléments à récupérer, fichier(s) et/ou dossier(s).

8. Répondre aux questions posées :

  • Restaurer à l’endroit d’origine ou dans un autre dossier (pour comparer les versions, par exemple)
  • Que faire si le fichier existe encore dans l’emplacement d’origine (créer une copie, remplacer l’actuel ou ne pas écraser l’existant)
  • Définir les mêmes attributs de sécurité sur les dossiers et fichiers (autorisations d’accès ou de modification)

9. Démarrer la restauration en cliquant sur le bouton « Récupérer » et laisser l’opération se dérouler.

10. A la fin de la récupération de fichiers, un message affiche le statut Terminé. Aucun mail ne sera envoyé pour prévenir l’administrateur système ou le gestionnaire de sauvegarde. Une ligne s’est ajoutée dans l’historique des tâches de la Sauvegarde Windows Server.

Catégories
Android Débutant

Sauvegarde automatique et gratuite des photos Android

Les photos prises avec son smartphone sont souvent des instants de vie que l’on ne souhaite pas perdre. Si l’on a pris l’habitude avec son appareil photo numérique de le vider sur l’ordinateur afin d’avoir les images sur le PC, ce n’est pas le même réflexe que l’on a avec son téléphone. Cet appareil est cependant plus exposé aux risques qu’un appareil photo classique (panne, vol, perte…). Pour éviter de perdre des centaines de photos personnelles prises avec son smartphone, autant les sauvegarder régulièrement. La méthode la plus standard serait de connecter le téléphone sur un ordinateur, pour accéder aux dossiers de la mémoire et ainsi copier ses photos. Mais il existe une méthode de sauvegarde automatique et gratuite des photos prises avec un smartphone Android.

La sauvegarde automatisée des photos sera faite avec une application gratuite : Google Photos. Ce logiciel permet de regarder photos et vidéos sur son smartphone / tablette, mais aussi de les copier automatiquement dans le cloud pour en garder une copie même si l’on perd son téléphone.

Ce tutoriel fonctionne avec tous les appareils Android, smartphones et tablettes, peu importe leur marque (Samsung, Sony, LG, Asus, Huawei, Wiko, HTC, Acer, Xiaomi, Honor, Nexus, Nokia sous Android, etc). On part du principe que le périphérique Android est déjà configuré avec un compte Google Gmail, comme demandé dès le démarrage du smartphone et de sa première configuration.

 

Configurer une sauvegarde automatique des photos Android

1. Par défaut, les marques installent leur propre application de galerie photos. Nous allons installer l’application gratuite Google Photos depuis le Play Store ou depuis son ordinateur (explications).

2. Ouvrir l’application Google Photos.

3. Cliquer sur le menu (les trois barres en haut à gauche) et choisir Paramètres.

4. Appuyer sur « Sauvegarder et synchroniser » :

5. Appuyer sur la ligne « Sauvegarder et synchroniser » pour activer l’option de sauvegarde automatique.

6. Laisser « Sauvegarder les dossiers de l’appareil » avec les réglages proposés ou modifier les dossiers à sauvegarder (on peut rajouter les répertoires d’enregistrement Instagram, Facebook, etc).

7. L’option « Taille d’enregistrement » propose deux options :

  • Haute qualité : sauvegarde d’un nombre illimité de photos, fonction gratuite sans limite de quantité
  • Taille d’origine : la plus grande qualité des photos mais cet espace disque occupé sera décompté du compte Gmail, soit 15Go

Choisir « Haute qualité » sera suffisant pour les photographes occasionnels que nous sommes avec notre smartphone. Cela n’empêchera pas de récupérer les photos en taille maximale en le branchant sur un ordinateur, comme pour un appareil photo numérique.

8. Dernières options à vérifier pour définir quand la sauvegarde automatique devra être faite.

  • Sauvegarde via données mobiles : activer si l’on souhaite faire la sauvegarde par la connexion 3G / 4G de l’appareil (attention au quota du forfait data) ; désactiver pour ne faire la sauvegarde que lorsque le smartphone est connecté à un réseau wifi
  • Quand sauvegarder : activer « Uniquement pendant la charge » pour que le backup automatique ne vide pas la batterie du smartphone ; désactiver « En itinérance » pour ne pas copier les photos lorsque vous êtes à l’étranger et ainsi éviter de faire exploser la facture téléphonique (la sauvegarde se fera donc à votre retour de vacances ou de voyage)

9. Après la première sauvegarde qui copiera toutes les photos du téléphone, même celles prises avant la configuration de la sauvegarde automatique, on peut regarder ses clichés sur le site de Google Photos : https://photos.google.com/ (se connecter avec le compte Gmail utilisé sur Android).

Catégories
Expert Windows Server 2016

Windows Server 2016 : installer l’outil de sauvegarde

Comme les versions précédentes du système d’exploitation serveur de Microsoft, Windows Server 2016 est livré avec un logiciel gratuit de sauvegarde automatique. Pas aussi évolué que des solutions payantes comme Symantec / Veritas Backup Exec ou open source comme Bacula, l’utilitaire fourni avec WS2016 est suffisant pour sauvegarder une machine et ses données.

Le logiciel « Sauvegarde Windows Server » (ou WBAdmin) supporte les sauvegardes de type « bare metal » et de fichiers. L’état système peut aussi être sauvegardé pour récupérer son OS en cas de crash.

Cet outil est l’évolution de NTBackup du temps de Windows NT. Il n’est pas préinstallé par défaut avec Windows Server 2016, un message avertit qu’il faut ajouter la fonctionnalité au système : « La Sauvegarde Windows Server n’est pas installée sur cet ordinateur. Pour installer la Sauvegarde Windows Server, sélectionnez Ajouter des rôles et des fonctionnalités dans le Gestionnaire de serveur. » C’est ce que nous allons voir dans ce tutoriel.

 

Installer le logiciel de sauvegarde de Windows Server 2016

1. Ouvrir le Gestionnaire de serveur de WS16.

2. En haut à droite, cliquer sur Gérer puis Ajouter des rôles et fonctionnalités.

3. Cliquer sur Suivant à l’écran « Avant de commencer » et valider le type « Installation basée sur un rôle ou une fonctionnalité » .

4. Sélectionner le serveur concerné dans le pool proposé.

5. Ne rien cocher à la page des Rôles de serveurs, simplement cliquer sur Suivant.

6. A l’écran « Sélectionner des fonctionnalités » , cocher la ligne « Sauvegarde Windows Server » et continuer pour Installer la fonction.

7. L’installation ne dure que quelques secondes. Fermer le Gestionnaire de serveur une fois terminée.

 

Utiliser le logiciel Sauvegarde Windows Server 2016

1. Ouvrir le menu Démarrer et chercher « Sauvegarde Windows Server » dans la liste.

2. L’outil permet de gérer les sauvegardes locales de la machine. Pour un backup réseau, il faudra utiliser d’autres outils ou configurer chaque serveur Windows indépendamment.

3. Le panneau de droite propose différents types de backup :

  • Planification de sauvegarde : pour automatiser des sauvegardes régulières
  • Sauvegarde unique : pour faire une seule sauvegarde manuelle
  • Récupérer : restaurer des données ou le système complet depuis une sauvegarde Windows

4. Cliquer sur « Planification de sauvegarde » pour programmer une copie régulière des données.

5. Choisir de sauvegarder le « Serveur complet » (système d’exploitation + données de toutes les partitions) ou juste certains dossiers (Personnalisé).

6. Le choix des fréquences est assez limité, on est obligé de sauvegarder chaque jour à la même heure, sans exclusions possibles (week-end, jours fériés) ni affiner à la minute. On peut cependant planifier plusieurs sauvegardes par jour pour garder un historique plus complet des fichiers.

7. Le « Type de destination » dépend du support utilisé pour les sauvegardes :

  • Sauvegarder vers un disque dur dédié aux sauvegardes : disque interne ou USB qui sera formaté et dédié à la sauvegarde Windows Server
  • Sauvegarder vers un volume : pour envoyer les données sur un disque local en le laissant dans son format d’origine (NTFS) et ainsi l’utiliser pour y déposer d’autres fichiers
  • Sauvegarder sur un dossier réseau partagé : dans le cadre d’un NAS ou d’un partage sur un disque ou serveur distant (il n’y aura pas d’historique des versions, seule la dernière sera conservée)

8. Ajouter le disque ou le partage comme destination de sauvegarde. Par exemple ici avec l’emplacement réseau.

9. Un récapitulatif résume la planification de sauvegarde. Valider par Terminer.

10. L’historique des sauvegardes sera affiché avec le détail pour chacune d’entre elles.

Catégories
Débutant iOS (iPhone iPad)

Sauvegarder ses photos iPhone sur PC

Comment envoyer ses photos et vidéos prises avec un iPhone sur son ordinateur ? Que ce soit pour avoir une copie de sauvegarde, organiser des albums, graver un DVD pour les partager avec un membre de la famille, anticiper un possible plantage du téléphone ou préparer une réinitialisation du périphérique, sauvegarder ses photos et vidéos iPhone est une opération facile à réaliser et qui évite de perdre des centaines de souvenirs. C’est une opération basique de sécurité pour garder une copie de toutes les photos, vidéos, images Facebook, Instagram, WhatsApp, etc.

Alternative peu utilisée, la sauvegarde automatique par iCloud sera payante pour dépasser les 5Go de stockage sur le cloud Apple. La méthode « fichier » est la plus rapide et plus simple à mettre en oeuvre pour tout sauvegarder d’un seul coup. Cela rassure également d’avoir des vraies photos sur son ordinateur, que l’on pourra ensuite encore copier sur un disque dur externe. De plus, on pourra retoucher les fichiers JPEG avec un logiciel type Adobe Photoshop avec des modifications plus poussées que sur un écran de téléphone.

Ce tutoriel fonctionne pour tous les appareils iOS : iPhone, iPad et iPod Touch. L’ordinateur utilisé tourne sous Windows 10 mais les fonctions existent également sur les précédentes versions, à l’un ou l’autre détail près.

Copier photos et vidéos de l’iPhone sur un ordinateur Windows

1. Brancher le câble USB fourni d’origine avec l’iPhone sur un port USB de l’ordinateur Windows. Il s’agit du câble de recharge livré avec le smartphone.

2. Connecter l’iPhone à ce câble, via la prise Lightning des iPhone 5, 6 et 7.

3. Déverrouiller l’iPhone (code PIN ou TouchID).

4. Valider la demande d’accès aux fichiers : « Autoriser cet appareil à accéder aux photos et vidéos ? » – Répondre par « Autoriser » :

5. Ouvrir l’Explorateur Windows (icône jaune, Ce PC ou via les Documents).

6. Localiser le nouveau périphérique qui s’est ajouté à côté du disque dur de la machine.

7. Entrer dans le dossier Apple iPhone, Internal Storage, DCIM. Ici se trouvent les dossiers de stockage des photos du téléphone : 100APPLE, 101APPLE, etc selon la quantité d’images contenues sur l’iPhone.

8. Entrer dans ces dossiers pour en voir le contenu.

9. Sélectionner toutes les photos en cliquant sur le bouton « Sélectionner tout » de l’Explorateur Windows. Si le bouton n’est pas visible, cliquer sur le menu « Accueil » de l’Explorateur.

10. Cliquer sur le bouton « Copier vers » et choisir un dossier existant (Images) ou « Choisir un emplacement » pour créer un nouveau dossier (Photos iPhone par exemple).

11. Les photos sont copiées vers l’ordinateur mais ne seront pas supprimées du téléphone. Si l’objectif était de vider la mémoire de l’iPhone pour faire de la place, on peut supprimer les images en cliquant sur le bouton « Supprimer » de l’Explorateur de fichiers. Il ne faut pas faire de « couper/coller » ou utiliser l’icône Déplacer pour les déplacer sur l’ordinateur. D’abord créer une copie des images et des vidéos puis les supprimer ensuite, depuis le PC ou depuis l’iPhone directement (application Photos).

Catégories
Expert Logiciels

Présentation des logiciels Veeam Backup & Replication

Bien connu des ingénieurs d’infrastructures virtualisées, l’éditeur de logiciels Veeam est une référence dans les outils de sauvegarde pour hyperviseurs VMware vSphere et Microsoft Hyper-V. La suite Veeam Backup & Replication est la plus utilisée des solutions de sauvegarde de machines virtuelles hébergées sur des serveurs dédiés à la virtualisation.

Si Veeam Backup Essentials suffit pour les PME qui sont équipées d’un cluster de virtualisation de maximum six sockets, soit trois serveurs de chacun deux processeurs, les logiciels Backup & Replication et Veeam ONE pour les architectures plus complexes font partie de Veeam Availability Suite.

Dans sa version 9.0, Veeam Backup & Replication est compatible avec les hyperviseurs VMware vSphere 4.1, 5.x et 6.x et Hyper-V 2008 R2 SP1, 2012 et 2012 R2.

De son côté, Veem ONE s’occupe de superviser et créer des rapports sur les infrastructures VMware et Hyper-V ainsi que sur le serveur Veeam B&R.

Lors de l’installation du composant indispensable Backup & Replication, nous sommes face à une interrogation : à quoi correspondent les trois logiciels proposés par Veeam B&R ?

 

Veeam Backup & Replication

C’est le logiciel principal et indispensable de la suite Veeam. Comme son nom l’indique, Backup & Replication va sauvegarder et répliquer les machines virtuelles sur un espace de stockage ou sur une autre infrastructure virtualisée (distante si possible). Ce logiciel est à installer sur le serveur qui va gérer les sauvegardes, généralement une VM dédiée à Veeam.

Le serveur Veeam sera physique ou virtuel mais nécessite un système d’exploitation Windows. Server 2008 SP2, 2008 R2 SP1, 2012 et 2012 R2 mais aussi Workstation Windows 7 SP1, 8.x et 10, le tout en 64bits. SQL Server 2012 Express est livré avec mais on peut utiliser un serveur SQL dédié à partir de la version 2005.

Un serveur de sauvegarde Veeam B&R contiendra, au minimum, le logiciel Backup & Replication ainsi que la B&R Console pour gérer le logiciel en local (connexion en localhost). Cette console peut aussi être installée sur les postes distants des administrateurs de sauvegarde.

Les infrastructures complexes pourront décentraliser les rôles Backup Proxy et Backup Repository pour gagner en performance.

 

Veeam Backup & Replication Manager

Le manager Veeam B&R est optionnel et ne concerne que les grosses infrastructures de sauvegarde, afin de gérer les données depuis plusieurs serveurs ou sites de sauvegarde depuis un point central. Il n’est pas nécessaire d’installer Veeam B&R Manager s’il n’y a qu’un seul serveur Veeam dans le parc informatique.

 

Veeam Backup & Replication Console

Installé de base sur le serveur Veeam B&R, le composant Console peut aussi être installé sur un poste distant qui sera chargé de gérer et surveiller le serveur de sauvegarde. Cette console décentralisée se connectera au serveur Veeam, à la manière des consoles de management Exchange ou VMware.

La console peut être installée sur un poste d’administration Windows 10, 8.x et 7 SP1, du moment qu’il est d’architecture 64bits.

Catégories
Logiciels Sécurité

Sauvegarder et importer la configuration de Google Chrome

Il arrive que le navigateur internet Google Chrome soit défectueux et qu’il faille le réinstaller, au risque de perdre toutes ses données (favoris, paramètres, extensions, etc). Pour se prémunir d’une telle perte d’informations, nous allons voir comment sauvegarder le profil utilisateur du navigateur Google Chrome et le remettre sur un nouvel ordinateur. Cette opération est également valable dans le cas d’un changement d’ordinateur, pour retrouver son profil Chrome sur le nouveau PC.

Si le logiciel Chrome a des problèmes de stabilité, effectuer cette opération ne le réparera pas. Sauvegarder le profil complet va transférer les soucis sur l’autre ordinateur.

 

Google Chrome : sauvegarder la configuration profil utilisateur

1. Fermer le logiciel Google Chrome.

2. Ouvrir un Explorateur de fichiers Windows et copier/coller ce chemin dans la barre d’adresses :
%LOCALAPPDATA%\Google\Chrome\User Data

Ou dérouler Ce PC > Disque local > Utilisateurs > NomUtilisateur > AppData > Local > Google > Chrome > User Data pour y aller à la main.

3. Localiser le dossier « default » dans la liste de répertoires.

4. Copier ce dossier « default » sur une clé USB ou un disque externe pour en faire une sauvegarde. On peut aussi compresser ce dossier dans un fichier zip et l’envoyer sur un cloud comme OneDrive, Hubic ou Dropbox.

Ce répertoire contient entre autres les informations concernant la configuration du logiciel Google Chrome, de synchronisation ou de session de navigation. Le fichier Bookmarks (sans extension) contient les favoris enregistrés.

 

Google Chrome : restaurer la configuration profil utilisateur

1. Sur le nouvel ordinateur ou après réinstallation de Windows, installer tout d’abord Google Chrome en suivant ce tutoriel.

2. Ouvrir le dossier suivant :
%LOCALAPPDATA%\Google\Chrome\User Data

Ou aller manuellement dans Ce PC > Disque local > Utilisateurs > NomUtilisateur > AppData > Local > Google > Chrome > User Data

3. Entrer dans le dossier « default » et supprimer le contenu (uniquement le contenu, pas le dossier default).

4. Depuis la clé USB ou le disque externe, aller dans le dossier « default » précédemment sauvegardé et copier le contenu de cette sauvegarde.

5. Retourner dans le dossier « default » du nouvel ordinateur pour coller le contenu de la sauvegarde dans « default » .

6. Le navigateur Google Chrome a ainsi retrouvé ses favoris, ses paramètres d’affichage et le reste de sa configuration.

Catégories
Débutant macOS Outils

Mac OS X : remettre l’icône Time Machine dans la barre de menu

Les versions précédentes de Mac OS X présentaient toujours l’icône Time Machine dans la barre de menu, en haut à droite près de l’heure. Ce n’est plus le cas avec les dernières versions, comme 10.11 OS X El Capitan.

La barre des menus Mac est l’équivalent de la barre des tâches Windows. Time Machine est l’outil intégré de sauvegarde, avec historique des fichiers et copie du système. Une sauvegarde automatique et qui se configure en quelques clics, sur clé USB, disque dur externe ou réseau, NAS Time Capsule, etc.

 

Retrouver l’icône du logiciel Time Machine dans la barre des menus Mac OS X

1. Ouvrir les Préférences système, soit par l’icône dans le dock, soit par le menu Pomme.

2. Trouver l’icône vert Time Machine parmi les différents programmes du « panneau de configuration » .

3. Configurée ou non, l’icône de la sauvegarde automatique Time Machine s’affiche en un clic : cocher « Afficher Time Machine dans la barre des menus » .

4. L’icône Time Machine (l’horloge avec flèche anti-horaire) se place dans la barre de menu. Un clic dessus ouvre les options, dont « Sauvegarder maintenant » pour exécuter une copie des fichiers personnels sur l’espace de stockage dédié.

Catégories
Débutant iOS (iPhone iPad) Logiciels

Sauvegarder et restaurer un iPhone / iPad / iPod

Nouvel iPhone, iPod ou iPad ? Ce tutoriel explique comment remplacer un ancien iPhone par un nouveau modèle, en conservant toutes les données (photos, SMS, réglages, applications, etc). Première étape sauvegarder avant de restaurer sur le nouveau smartphone. Ce guide convient également aux tablettes iPad et iPod sous iOS.

 

Sauvegarder un iPhone / iPad / iPod via iTunes

1. Faire le ménage sur l’ancien iPhone (c’est l’occasion de le faire).

2. Mettre à jour le logiciel iTunes sur l’ordinateur (un assistant le propose par défaut quand on ouvre le logiciel ou se télécharge ici).

3. Brancher l’ancien iPhone sur un port USB.

4. Soit la sauvegarde démarre automatiquement, soit il faut la lancer à la main en cliquant sur « Sauvegarder maintenant » .

 

Restaurer un iPhone / iPad / iPod avec iTunes

1. Connecter le nouvel iPhone sur un port USB de l’ordinateur.

2. Sur Windows, aller dans le menu Fichier, Appareils, Restaurer à partir d’une copie de sauvegarde (si le menu Fichier ne s’affiche pas, appuyer sur la touche Alt pour le faire apparaitre ou suivre ce tutoriel).

3. S’il y en a plusieurs, sélectionner la dernière sauvegarde selon la date.

4. Cliquer sur Restaurer. L’iPhone peut redémarrer, ne pas le toucher jusqu’à ce que la synchronisation soit terminée.

Conserver sans y toucher l’ancien iPhone, le temps de vérifier que tout soit opérationnel sur le nouveau périphérique. Ensuite, pour le donner à quelqu’un d’autre ou le revendre, il faudra l’effacer pour le remettre à zéro et ainsi supprimer tous les documents personnels et photos.