Catégories
Intermédiaire Internet

Gmail : rechercher les messages volumineux

Besoin de faire de la place sur votre boite Gmail ? Vous avez reçu un message qui dit que les 15Go sont atteints et que vous ne pourrez bientôt plus envoyer ni recevoir de mails ? Ce n’est peut-être pas la faute aux messages trop gros ou aux pièces-jointes trop volumineuses, mais il faut agir rapidement pour ne pas se retrouver bloqué.

Le message d’erreur Google qui indique que votre compte Gmail est surchargé :

Vous utilisez la totalité de votre espace de stockage. Il vous sera bientôt impossible d’envoyer et de recevoir des e-mails, sauf si vous libérez de l’espace ou si vous achetez de l’espace supplémentaire. Un délai maximal de 24 heures peut être nécessaire pour que ces modifications soient appliquées à votre espace de stockage.

Il faut savoir que l’espace offert par Google pour Gmail est commun à Google Drive et Google Photos. Ce ne sont donc pas forcément vos courriels qui prennent une place considérable. Ce lien montre la répartition de l’espace disque, entre Google Drive, Mail et Photos :

La limite des 15Go tient pour les comptes gratuits, les organisations et professionnels avec G Suite (ex Google Apps for Work) disposent de 30Go par boite aux lettres. Mais ça ne suffit pas toujours. Alors oui, il est possible de souscrire à une extension de stockage pour un prix assez raisonnable : 20€ à l’année pour avoir un espace de 100Go, 30€ pour 200Go, 100€ pour 2To et même 600€ pour 10To. Mais là, on n’est plus dans une utilisation personnelle ou raisonnée du stockage Google.

Mais revenons-en à notre tutoriel pour cibler tous les courriels avec pièce jointe volumineuse. Avec la fonction de recherche, il est possible de filtre tous les messages de taille importante de la Boite de réception mais aussi de tous les autres dossiers (libellés) du compte Google Mail. Mais ce guide explique aussi comment vider la corbeille de Gmail, pour supprimer définitivement les messages supprimés.

 

Chercher tous les messages volumineux de Gmail

1. Ouvrir un navigateur internet et se connecter à Gmail.

2. Dans la barre de recherche, à droite du logo Gmail, écrire « larger:10MB » et cliquer sur la loupe pour rechercher :

« larger:10MB » signifie « supérieur à 10Mo » soit le filtre pour trier et n’afficher que les fils de discussion qui sont plus lourds que 10Mo. Il suffit de quelques photos pour exploser ce quota.

On peut bien évidemment indiquer une autre valeur (larger:20MB, par exemple) ou préciser que ce ne sont que des messages dont les pièces jointes font plus de 10Mo : « has:attachment larger:10mb » .

3. Dans la liste, sélectionner les messages volumineux à supprimer puis cliquer sur l’icône en forme de poubelle :

4. A gauche de l’écran, aller dans le menu latéral pour trouver le dossier « Corbeille » : il n’est pas affiché par défaut, il faut descendre en bas de la liste des libellés (dossiers) pour cliquer sur « Plus » et enfin trouver la Corbeille (juste en dessous de Spam).

5. Les messages dans la corbeille (l’équivalent des « éléments supprimés » de Outlook) sont automatiquement effacés 30 jours après leur suppression d’un dossier de réception ou d’envoi. L’objectif est ici d’anticiper ce délai pour immédiatement récupérer de l’espace disque sur le compte Google.

Cliquer sur le message « Vider la corbeille » en haut de la liste » :

6. Confirmer la suppression des messages par « OK » :

7. Les messages supprimés étant définitivement effacés, de l’espace libre supplémentaire sera disponible sur le compte Gmail et la notification d’espace saturé disparaitra après quelques minutes.

 

Tutoriel vidéo pour supprimer les mails volumineux de Gmail

Catégories
Expert Logiciels

Créer une clé USB bootable Memtest pour tester la RAM d’un PC

Quand un ordinateur plante, affiche des écrans bleus ou redémarre de façon intempestive, c’est généralement lié à un problème de matériel. Mais quelle pièce du hardware est en cause, voilà une question à laquelle certains outils de diagnostic peuvent répondre. Pour tester la mémoire vive d’un ordinateur, il existe un logiciel dédié à cette opération de maintenance : memtest. Plébiscité depuis de longues années, Memtest86 existait d’abord sur disquette 3.5″ puis sur CD-ROM (Live CD). Aujourd’hui, c’est avec une clé USB que l’on préfère utiliser ces programmes et ce tutoriel explique comment créer une clé USB de démarrage pour effectuer un test de la RAM de l’ordinateur avec Memtest86. Il faut donc disposer d’une clé USB et d’un ordinateur Windows avec internet pour télécharger le logiciel gratuit. Libre dans sa version 4 que nous utilisons dans ce tuto, il existe aussi une version propriétaire (5+) mais qui ne nous intéresse pas ici.

La clé USB sera formatée, c’est-à-dire totalement effacée. Cela fonctionne aussi avec un disque dur USB mais ce serait dommage de gaspiller tant d’espace pour un petit utilitaire comme memtest.

La procédure utilise PassMark Software. Il n’y a rien à faire de spécial car le fichier qui sera téléchargé contient les outils pour créer la clé USB de démarrage.

 

Générer une clé USB de démarrage avec Memtest86

1. Brancher une clé USB sur l’ordinateur. Ce n’est pas forcément le PC sur lequel il faudra faire le test de fiabilité de la RAM.

2. Télécharger le logiciel memtestx86 : https://www.memtest86.com/

3. Décompresser le fichier téléchargé

4. Aller dans ce dossier et exécuter imageUSB.exe

5. Accepter le contrôle de compte utilisateur.

6. Dans la fenêtre qui s’ouvre, sélectionner la clé USB branchée (qui sera formatée) :

7. Laisser les options des Steps 2 et 3 puis à la Step 4, cliquer sur « Write » :

8. Confirmer par « Yes » :

9. Et encore une fois pour valider l’effacement complet de la clé USB.

10. Après quelques instants, le discret message « Imaging Completed » s’affiche pour informer le bon déroulement de l’opération.

11. Renommer la clé USB pour savoir ce qui se trouve dessus :

12. Il n’y a plus qu’à éjecter proprement la clé USB de l’ordinateur et démarrer le PC avec cette clé pour utiliser l’outil memtest et vérifier l’état de santé des barrettes de mémoire vive.

Catégories
Développement Expert

Effacer le cache npm

Etroitement lié à Node.js, npm est le gestionnaire de paquets officiel de la plateforme JavaScript. Désormais propriété de GitHub, npm est installé en même temps que Nodejs puisque fait entièrement partie de l’environnement. Le Node Package Manager travaille avec un cache sur le disque dur de la machine, virtuelle ou physique, et celui-ci peut rapidement gonfler jusqu’à occuper plusieurs Go d’espace. Ce tutoriel explique comment vider le cache npm, ou clean npm cache en anglais, pour récupérer de l’espace disque et tout simplement supprimer les informations mises dans le cache npm / node.js pour débugger un problème.

Ce tutoriel fonctionne sur les systèmes d’exploitation Windows et Linux (Ubuntu, Debian, Red Hat, CentOS, Fedora…).

Sur Windows, le cache se trouve dans %AppData%\Roaming\npm-cache mais il ne faut pas supprimer ces fichiers à la main depuis un Explorateur de fichiers.

 

Clean cache npm en ligne de commande

1. Sur Windows, ouvrir un Invite de commandes (cmd). Sur Linux, ouvrir un Terminal ou une connexion distante SSH.

2. Taper la commande suivante pour vérifier la consistance du cache npm :

npm cache verify

3. Ecrire cette commande pour forcer le vidage du cache npm :

npm cache clean --force

L’alias « npm cache clear –force » fonctionne également.

4. On vérifie le bon déroulement de l’opération :

npm cache verify

5. Le cache de npm est vide et l’espace occupé sur le disque dur est libéré.

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Activer l’historique du presse-papiers de Windows 10

Tout le monde fait des copier / coller. De la secrétaire de bureau au développeur, en passant par mamie à la maison pour ses recettes de cuisine.  Si certains préfèrent utiliser la combinaison de touches CTRL + C et CTRL + V, d’autres moins à l’aise continuent de faire un clic droit, Copier puis clic droit, Coller. Quand ce n’est pas « menu Edition, Copier » qui trahit l’utilisation d’une ancienen méthode pour accéder à cette fonction. Mais dans tous ces cas, on ne conserve que la dernière information copiée pour ensuite pouvoir la coller. Et c’est très ennuyant quand on manipule des textes, des noms de fichiers, des images. Enfin, Microsoft a mis en place la fonction attendue et demandée depuis des années : un historique du copier coller de Windows !

Ce tutoriel explique comment activer et utiliser l’historique du presse-papiers, c’est-à-dire accéder à la mémoire du copier / coller de Windows 10. Cela ne fonctionne qu’avec une version récente de Windows 10. Cette fonction n’est pas disponible sur Windows 7, 8 et 8.1.

 

Activer l’historique du copier coller de Windows 10

1. Avec un ordinateur Windows 10, appuyer simultanément sur les touches Windows + V (la touche du logo Windows) :

2. Une petite fenêtre s’ouvre avec une erreur mais il faut simplement cliquer sur le bouton bleu « Activer » :

3. Actuellement, le contenu du presse papiers est vide.

4. Avec CTRL + C ou un clic droit Copier, ajouter du contenu au Presse-papiers Windows : on peut copier du texte, une image, etc.

5. Il suffit ensuite de cliquer sur l’une des informations en mémoire pour la coller.

6. L’ajout de « copier » se fait automatiquement. Il suffira ensuite de refaire un « Windows + V » pour ouvrir la petite fenêtre de l’historique et rappeler une ancienne valeur copiée.

Remarque : l’historique du presse papiers se vide à chaque redémarrage de Windows.

 

Garder en mémoire (épingler)

Si des informations en mémoire sont régulièrement utilisées et que vous souhaitez y accéder fréquemment, l’historique permet d’épingler des informations copiées.

Cliquer sur les « petites boules » à côté d’un élément de l’historique et choisir « Epingler » .

Ainsi, ces informations seront conservées même après un redémarrage de l’ordinateur.

 

Autre manière d’activer l’historique du presse papier

1. Ouvrir les Paramètres de Windows 10 et cliquer sur Système.

2. Dans le menu de gauche, cliquer sur Presse-papiers.

3. Activer « Historique du Presse-papiers » :

Catégories
Débutant Logiciels Sécurité

Chrome : bloquer les notifications indésirables

De la pub dans votre navigateur Google Chrome ? Ce n’est peut-être pas lié au site web visité et ce n’est encore moins une faille de l’ordinateur détectée par la protection antivirus. Le logiciel Chrome est peut-être victime de notifications malveillantes qui font croire à l’utilisateur que son ordinateur est infecté, qu’il faut télécharger un programme bien précis ou encore payer pour éradiquer une menace. Toutes ces alertes sont fausses et n’ont que pour objectif de tromper la personne devant son PC. Si les messages n’arrivent que lorsque vous êtes sur internet avec Google Chrome, il est temps de faire le ménage et de nettoyer le navigateur.

Ce tutoriel explique comment bloquer les notifications de Google Chrome pour ne plus avoir de messages intempestifs comme des faux virus ou autres fausses menaces.

Pourquoi ? Car certains sites vous proposent des notifications (Accepter ou Bloquer) et vous avez certainement accepté sans trop savoir de quoi il s’agissait. Pas grave, vous savez maintenant comment éviter ça !

 

Bloquer les pop-ups publicitaires et malveillants de Google Chrome

1. Ouvrir le logiciel Google Chrome.

2. Copier cette ligne :

chrome://settings/content/notifications

3. Aller dans la barre d’adresse de Chrome (là où est indiquée l’adresse du site web), coller le texte puis valider par Entrée.

4. Trouver la ligne du site qui envoie du spam et de fausses alertes dans le navigateur Google Chrome. Faire un clic sur les « trois boules » à droite de la ligne et choisir « Supprimer » :

5. Répéter l’opération autant de fois que nécessaire pour bloquer tous les sites malveillants.

6. Il n’y aura plus de fausse alerte de virus, de pollution visuelle ou de messages publicitaires. Si cela revient, il suffira de suivre à nouveau cette procédure pour les éradiquer à nouveau. Il faut cependant être vigilant et éviter d’accepter toutes les notifications affichées sur internet, au risque d’endommager son navigateur internet et son ordinateur.

Catégories
Intermédiaire Sécurité

Mettre à jour le Bios d’un ordinateur Dell

Quand on parle de mise à jour de sécurité, on pense évidemment aux correctifs à appliquer aux systèmes d’exploitation. Ensuite, on a aussi une pensée pour les applications qui elles aussi demandent des mises à niveau pour se prémunir d’une faille ou d’un risque d’attaque. Mais on pense moins au Bios de l’ordinateur, élément basique mais non infaillible de tout ordinateur, Tous les constructeurs d’ordinateurs et de cartes mère mettent à disposition des updates pour leurs Bios. Plus ou moins faciles à installer, l’Américain Dell fait les choses correctement en proposant une solution abordable pour les utilisateurs de Windows, et une alternative pour ceux qui préfèrent Linux ou autre système d’exploitation.

Si chaque ordinateur possède un numéro de série unique (le Service TAG de Dell), les Bios sont faits par gamme et série d’ordinateurs. On pourra donc utiliser le même fichier pour MAJ un parc de machines Dell qui sont de la même génération. Ce tutoriel donne deux méthodes pour mettre à jour le Bios d’un ordinateur Dell, qu’il soit fixe ou portable.

Ce tutoriel a été réalisé sur un Optiplex 7020 et un Latitude 5490 mais les autres ordinateurs Dell, de bureau et portables, sont compatibles. Il s’agit des gammes Optiplex, Precision, Vostro, Latitude, Inspiron, XPS… Les serveurs PowerEdge feront leur mise à jour de firmware par le Dell Lifecycle Controller (en local) ou par Dell Remote Access Controller (iDRAC) à distance. Voir aussi ce tutoriel pour Bios de serveur Dell.

Pour information, et sauf exception qui sera indiquée, il n’est pas nécessaire de télécharger chaque version supérieure du Bios / UEFI actuel. Prendre la dernière version disponible corrigera tous les problèmes qui l’ont été depuis la première édition du microgiciel.

 

Update du Bios depuis Windows

C’est la manière la plus simple pour mettre à jour un Bios de machine Dell mais cela nécessite d’utiliser un OS Windows, quel qu’il soit.

1. Aller sur le site Dell Support pour télécharger drivers et pilotes.

2. Entrer le numéro de série (TAG) pour identifier la machine.

3. Dans l’onglet de Pilotes et téléchargements, trouver la ligne avec le terme « BIOS » :

4. Cliquer sur Télécharger ou Download pour obtenir le fichier exécutable de la dernière version du Bios.

5. Double cliquer sur ce fichier .exe et confirmer la mise à jour du Bios. Il faudra brancher l’adaptateur secteur et avoir la batterie active pour un ordinateur portable et surtout ne pas couper l’alimentation électrique de l’ordinateur fixe.

 

Mise à jour Bios depuis une clé USB bootable ou avec Linux

Lorsqu’une distribution Linux est installée (Ubuntu, Fedora ou autre), ou encore aucun système d’exploitation, il est tout de même possible de mettre à jour le Bios d’un ordinateur Dell.

1. Formater une clé USB au format FAT32 depuis un poste Windows (clic droit sur le lecteur, Formater et choisir le format FAT32). C’est important puisque le système ne reconnaitra pas une clé NTFS.

2. Copier le fichier .exe du Bios update, téléchargé sur le site Dell Support selon le TAG de la machine.

3. Brancher la clé USB dans l’ordinateur à mettre à jour (plutôt un port USB 2.0 s’il y a le choix).

4. Démarrer le PC Dell et appuyer régulièrement sur la touche F12 du clavier quand apparait le grand logo Dell en blanc sur fond noir, jusqu’à ce qu’apparaisse « Preparing one time boot menu » en jaune, en haut à droite de l’écran.

5. Arrivé au choix du périphérique de démarrage, descendre avec les flèches du clavier sur « BIOS Flash Update » et valider par Entrée.

6. L’interface minimaliste affiche des informations sur la version actuelle du Bios et le modèle de l’ordinateur. Cliquer sur le bouton « […] » pour indiquer le chemin de la clé USB et du fichier de MAJ du Bios.

7. Un bref récapitulatif montre la version du nouveau Bios (BIOS Update Information) et la version actuelle (System BIOS Information). On voit aussi le modèle d’ordinateur Dell, ici un Optiplex 7020.

8. Cliquer sur « Begin Flash Update » pour démarrer l’opération. Il ne faut absolument pas débrancher la prise électrique de l’unité centrale, ne pas débrancher le cordon d’alimentation d’un ordinateur portable et ne pas non plus retirer la batterie durant cette opération. La batterie est d’ailleurs indispensable pour réaliser cette opération sur un laptop ou un 2en1.

9. Confirmer par Yes à la question « Do you want to proceed? » :

10. Après quelques instants, l’ordinateur redémarre tout seul. Le Bios a été mis à jour. On peut le vérifier en rappuyant sur F12 pour accéder au Boot menu, où sera indiquée la version du Bios en bas de l’écran.

Catégories
Intermédiaire Logiciels

Récupérer des fichiers sur une clé USB endommagée ou non reconnue

La corruption d’une clé USB peut entraîner des problèmes d’inaccessibilité et d’illisibilité. Quand le flash disk devient illisible, vous devez déterminer en premier lieu s’il s’agit d’un problème physique ou d’un problème logiciel car la résolution est différente.

Comment récupérer des fichiers importants présents sur le stockage amovible, sachant que ils ne s’ouvre pas du tout ? Il n’y a rien de prévu dans Windows pour cela et il faudra passer par un logiciel de récupération de données tiers si le lecteur flash est atteint d’une corruption logicielle. Les problèmes de corruption physiques sont beaucoup plus complexes à traiter et les logiciels de récupération de données fonctionnent rarement dans ces situations. Dans ce cas, il faudra demander de l’aide à un service de récupération de données (plusieurs centaines d’euros). Dans la première situation, la moins malheureuse, un bon logiciel de récupération de données pourra certainement retrouver les fichiers endommagés.

 

Comment identifier le problème de corruption USB ?

Vous pouvez essayer de déterminer le degré de gravité de la corruption de la clé USB en observant les symptômes et en utilisant les outils de vérification de disque pour détecter les erreurs.

Symptômes suggérant une corruption logiciel

Généralement, il s’agit de l’enregistrement MBR (Master Boot Record), PBR (Partition Boot Record) ou bien de la structure de répertoires qui accompagnent les messages d’erreur. Dans ce cas :

  • Windows indique que le disque n’est pas formaté
  • Le lecteur apparaît en tant que « RAW » avec un système de fichiers RAW qui n’est pas valide
  • La partition de lecteur flash manque, indiquant que l’espace est « non alloué »
  • Windows indique que le lecteur n’est pas accessible, que le fichier ou que le répertoire est corrompu ou illisible

Symptômes suggérant une corruption physique

Certains problèmes de corruption physique proviennent de tiges et de connecteurs cassés dans la clé USB, de disques défectueux, de circuits cassés ou de portes NAND, etc. Dans ce cas :

  • La lumière de la clé USB se met à clignoter
  • Le disque fait des bruits tourbillonnants désagréables (clac, clac…)

 

Comment récupérer des fichiers d’une clé USB endommagée de manière logiciel

Avant de réparer le lecteur flash USB corrompu, illisible ou qui ne répond pas, il est fortement conseillé de commencer par sauvegarder toutes vos données présentes sur le lecteur USB… si cela est encore possible pour certains fichiers. Malheureusement, la plupart des utilisateurs ne créent pas régulièrement de sauvegardes avant qu’elles ne soient plus accessibles et il est donc « trop tard » pour retrouver ces fichiers perdus. Mais nous allons essayer de trouver une solution grâce à un logiciel de récupération de données.

A partir du moment où vous n’arrivez pas à ouvrir un lecteur flash illisible, le seul moyen de récupérer des données sur clé USB est d’utiliser un logiciel de récupération de fichier USB professionnel. EaseUS Data Recovery Wizard permet la récupération de données dans la plupart des scénarios communs, par exemple, en cas de stockage corrompu, devenu RAW, formaté ou même en cas de suppression entière de partition de disque. Les étapes sont simples : télécharger, installer et suivre le guide afin de récupérer les fichiers d’un disque amovible que Windows ne peut pas lire.

 

Utiliser EaseUS Data Recovery pour récupérer des fichiers

1. Brancher la clé USB sur l’ordinateur.

2. Ouvrir le logiciel de récupération de données EaseUS et analysez le lecteur flash concerné par la panne.

3. Lancer EaseUS Data Recovery Wizard et sélectionner votre clé USB dans la catégorie Périphériques externes.

4. Cliquer sur Analyser pour commencer la recherche des fichiers

5. Vérifier et prévisualiser les données trouvées sur le lecteur flash. On peut double-cliquer pour avoir un aperçu des fichiers qui ont été trouvés.

  • Fichiers supprimés : lister les fichiers supprimés
  • Drive : télécharge toutes les données trouvées
  • Fichiers de partition perdus : vérifie s’il s’agit d’une récupération sur une partition formatée
  • Fichiers supplémentaires : fichiers qui ont perdu leur nom ou leur chemin d’accès
  • Filtre : un moyen rapide pour trouver les fichiers recherchés
  • Rechercher : pour retrouver par nom du fichier ou extension du fichier

6. Restaurer les données du lecteur flash : après avoir trouvé et vérifié les fichiers perdus, sélectionner ces fichiers et cliquer sur Récupérer pour démarrer l’opération de maintenance.

7. Enregistrer les fichiers trouvés dans un emplacement sécurisé directement sur le disque dur interne de l’ordinateur (surtout pas sur la clé USB endommagée).

8. Une fois l’opération terminée avec succès, il est temps de jeter / mettre au recyclage cette clé USB qui ne fonctionne plus correctement !

 

Promotion : 50% de réduction sur EaseUS Pro

Le logiciel utilisé dans ce tutoriel est la version Professionnelle (la plus complète) de EaseUS Data Recovery. Cet utilitaire existe pour Windows et Mac et profitez ici d’une remise de 50% sur le prix public, soit 50,96€ TTC au lieu de 101,94€.

– 50% sur Data Recovery Wizard Pro (Windows)

– 50% sur Data Recovery Wizard Pro (macOS)

Le paiement sécurisé peut se faire par carte bancaire, virement bancaire, PayPal ou Sofort.

Fichier du système pris en charge : FAT (FAT12, FAT16, FAT32), exFAT, NTFS, ext2, ext3, HFS+, ReFS (Mac).

Dispositifs de stockage supportés : disque dur mécanique (HDD), disque SSD, carte SD/CF, clé USB, volume RAID.

La version gratuite de EaseUS Recovery se limite à la récupération de 2Go de données. C’est déjà une solution correcte pour quelques fichiers très importants sur une clé cassée.

Catégories
Débutant Internet

Vider la Corbeille Gmail

Vous utilisez une adresse Gmail pour vos échanges de courriels. Accessible depuis un simple navigateur internet, il n’y a rien à configurer sur l’ordinateur et tout se fait « en ligne » d’une manière extrêmement simple. Aussi, Gmail s’utilise sur smartphone et tablette mais là au travers d’une application mobile. Action que l’on peut réaliser sans trop de questions sur un logiciel de messagerie tel que Microsoft Outlook du pack Office ou sur d’autres webmails (Orange, Hotmail…), il est moins intuitif de vider la corbeille d’une messagerie Gmail. En effet, Google masque ce dossier pour que l’utilisateur se concentre sur l’essentiel : la Boite de réception, les Messages envoyés et autres libellés importants.

Ce tutoriel explique comment vider la Corbeille des Messages supprimés sur Gmail, Google Mail, G Suite et Google Apps for Work (tous ces services utilisent la même interface web). Corbeille, poubelle, trash, trashbox. Quel que soit son nom dans vos habitudes, Google a choisi le terme « Corbeille » pour les éléments supprimés.

Ce ménage manuel n’est pas indispensable. A savoir que Gmail supprimera automatiquement un mail qui se trouve dans la poubelle au bout de 30 jours : « Les messages stockés dans la corbeille pendant plus de 30 jours sont automatiquement supprimés. »

Cet autre guide montre comment créer un compte gratuit Gmail.

 

Gmail : vider les éléments supprimés

1. Ouvrir un navigateur internet (Chrome, Firefox, Edge) et se connecter à Gmail avec ses identifiants : https://mail.google.com/mail/

2. Dans le menu de gauche avec tous les dossiers, cliquer sur « Plus » pour dérouler cette page.

3. Cliquer ensuite sur « Corbeille » (ou utiliser ce lien direct : https://mail.google.com/mail/u/0/#trash)

4. Cliquer sur le texte bleu « Vider la corbeille » pour procéder à l’effacement complet des messages dans la poubelle Gmail.

5. Un message demander de « Confirmer la suppression des messages » : valider par OK.

6. Il n’y a maintenant plus aucune conversation dans la corbeille Gmail.

7. Les prochains messages supprimés arriveront dans ce dossier et seront automatiquement supprimés au bout de 30 jours de présence dans ces éléments supprimés.

Catégories
Débutant Internet

Faire du ménage dans sa boite Gmail

Catastrophe, vous n’arrivez plus à recevoir des mails par votre messagerie Gmail ou Google Apps / G Suite ? Aucun message d’erreur sur Microsoft Outlook, Thunderbird ou sur le téléphone (iPhone, Android) ? Les mails partent de votre application mais vous ne recevez plus rien ? Pas de panique, il s’agit sûrement d’un problème d’espace disque qui est rempli. Sur les comptes gratuits, Gmail offre 15Go d’espace. Un abonnement G Suite (ex Google for Works et Google Apps), c’est 30Go par utilisateur. On peut bien entendu acheter du stockage supplémentaire pour avoir un quota de 100Go ou de 1To.

Ce tutoriel explique comment voir si on dépasse le quota offert par Gmail et comment faire du ménage dans sa boite Gmail pour supprimer les mails volumineux. Une action gratuite et simple à réaliser depuis un ordinateur (Windows, Mac, Linux) et un navigateur web pour aller sur le site Google Mail.

 

Savoir si on dépasse le quota Gmail

1. Se connecter à https://mail.google.com/ ou au webmail de l’organisation G-Suite.

2. Aller tout en bas de la liste de messages pour trouver une information sur l’espace actuellement utilisé et le quota à ne pas dépasser.

3. En cas de dépassement, plus aucun nouveau mail ne pourra arriver dans la Boite de réception. Il faudra supprimer des mails volumineux ou acheter de l’espace supplémentaire Google.

 

Chercher les gros messages Gmail / Google Mail / G Suite / Google for Work

1. Se connecter à https://mail.google.com/ ou au webmail de l’entreprise.

2. Dans la barre de recherche, tout en haut, taper la commande suivante et valider :

has:attachment larger:10MB

3. Cette recherche va lister tous les messages avec des pièces jointes qui dépassent la taille de 10Mo.

4. Il suffit maintenant de sélectionner les messages à supprimer et de cliquer sur l’icône Corbeille, ou utiliser le bouton pour « tout sélectionner » d’un seul clic.

5. Bien sûr, on peut adapter la recherche pour trouver tous les messages de taille supérieure à 5Mo, 20Mo, 50Mo :

has:attachment larger:5MB
has:attachment larger:20MB
has:attachment larger:50MB

6. Tous les gros messages sont supprimés mais il faut maintenant vider la Corbeille pour réellement récupérer cet espace disque : dans la liste des dossiers à gauche, cliquer sur « Plus » tout en bas. Cliquer ensuite sur Corbeille (Trash en anglais) ou sur le lien : https://mail.google.com/mail/u/0/#trash

7. Vers le centre de l’écran, cliquer sur « Vider la corbeille » :

8. Vérifier l’espace disque récupéré tout en bas de la page.

Catégories
Intermédiaire

Diagnostic matériel Dell Latitude

Constructeur informatique de renom, l’entreprise américaine Dell propose différentes gammes de machines pour les professionnels et les particuliers. Si la fiabilité est un dénominateur commun, Dell n’oublie pas qu’une panne hardware est vite arrivée et qu’il faut faciliter la vie du support d’assistance pour rapidement régler le problème. C’est pour cela que tous les PC Dell embarquent un micrologiciel qui permet de faire un diagnostic du matériel en quelques minutes. Une opération de maintenance qui ne nécessite pas de compétences particulières. Le mode d’emploi est facile à suivre, seulement quelques étapes pour avoir un état de santé du PC et pour savoir quelle pièce défectueuse il faudra réparer ou remplacer. C’est aussi une bonne manière de s’assurer que tout va bien si vous souhaitez acheter un ordinateur Dell d’occasion.

Ce tutoriel explique comment lancer un test matériel d’un ordinateur Dell Latitude mais la procédure peut être la même avec un Inspiron, Vostro, XPS, G3, Optiplex, Alienware. C’est donc la même opération sur PC fixe ou ordinateur portable. La version du système d’exploitation n’est pas importante car la manipulation s’effectue à partir du Bios. Peu importe donc que vous ayez Windows, Ubuntu ou une autre distribution Linux, voire pas d’OS du tout (après un changement de disque dur, par exemple).

 

Lancer un test hardware sur Dell Latitude

1. Eteindre l’ordinateur (arrêter Windows ou Ubuntu).

2. Appuyer sur le bouton Power pour démarrer le PC Dell.

3. Lorsque le logo DELL apparait en grand à l’écran (logo blanc sur fond noir), appuyer de manière répétée sur la touche F12 du clavier. Un petit message jaune « Preparing one-time boot menu » peut apparaitre en haut à droite de l’écran pour indiquer la prise en compte de cette action.

4. Arrivé sur le Boot mode menu de l’ordinateur, descendre avec les flèches du clavier jusqu’à « Diagnostics » dans le groupe « Other options » et valider par Entrée.

5. Immédiatement, le programme DELL ePSA Pre-boot System Assessment (ou autre nom) se lance et démarre l’analyse de tout le matériel :

  • Cables : alimentation électrique
  • Notebook Panel : panneau de commandes (touches)
  • Hard Drive : disque dur ou disque SSD
  • OS Boot Path : emplacement de démarrage du système d’exploitation
  • USB Devices : périphériques USB
  • Integrated Webcam HD : webcam intégrée
  • Video Card : carte graphique
  • Primary Battery : batterie principale
  • Processor Fan : ventilateur du processeur
  • Processor : processeur de l’ordinateur
  • System Management : gestion système
  • Memory : mémoire vive (RAM)

Catégories
Intermédiaire Windows 10

Corriger l’erreur SYSTEM PTE MISUSE

Sans raison, votre ordinateur Dell ne démarre plus correctement ? Un écran bleu apparait avec un code barre, le code d’arrêt « SYSTEM PTE MISUSE » un pourcentage se charge et le PC redémarre en boucle, sans jamais arriver sur le Bureau de Windows ? Avant de paniquer devant ce BSOD (Blue Screen of Death, écran bleu de la mort) et de vouloir tout réinstaller, en perdant les données personnelles (documents, photos, films…), la solution à ce problème se trouve dans ce tutoriel qui explique pourquoi et surtout comment réparer cette erreur Windows 10.

Ce guide explique comment résoudre le problème d’ordinateur qui ne démarre plus à cause d’un écran bleu Windows 10 qui indique, à côté d’un QR code, le Code d’arrêt SYSTEM PTE MISUSE.

Cette erreur peut être causée par une fonction de sécurité du processeur Intel Platform Trust Technology (PTT), un module de plateforme approuvée qui offre les capacités d’un TPM 2.0. Un point technique complexe qui équipe les ordinateurs récentes dotés d’un processeur Intel, dont les NUC. On parle dans cet exemple des machines Dell des gammes Inspiron, XPS, Latitude, Optiplex, Precision, Vostro et même les PC de gamer Alienware. Dans le cas d’un PC d’une autre marque, qu’il soit de bureau ou portable, la procédure est la même mais en allant sur le site du constructeur (HP, Sony, Toshiba, Lenovo, Samsung…).

 

Résoudre l’erreur Windows 10 SYSTEM PTE MISUSE

L’ordinateur démarre encore parfois

1. Aller sur le site de Dell Pilotes et téléchargements depuis l’ordinateur Dell qui pose problème. S’il s’agit d’un PC d’une autre marque, aller sur le site du constructeur pour récupérer le dernier Bios.

2. Indiquer le système TAG de la machine (numéro de série indiqué sur un autocollant noir, collé au-dessus, en dessous ou à l’arrière de l’ordinateur).

3. A la partie « Rechercher un pilote pour votre [Inspiron, XPS, Latitude, Optiplex, Precision, Vostro, Alienware…] » : sélectionner « BIOS » dans la liste « Catégorie » :

4. Télécharger la version la plus récente.

5. Fermer tous les programmes ouverts sur l’ordinateur. Ouvrir le fichier téléchargé et se laisser guider par l’assistant de mise à jour du Bios.

 

L’ordinateur Dell ne démarre plus sous Windows

1. Eteindre l’ordinateur.

2. Le démarrer avec le bouton Power / Marche.

3. Appuyer plusieurs fois sur la touche F2 du clavier pour accéder au Bios du PC fixe ou portable.

3. Aller à la section « Security » (Sécurité).

4. Trouver l’option « PTT Security » (Sécurité PTT).

5. Décocher la case « PTT On » pour désactiver cette option.

6. Sortir du Bios en enregistrant les modifications (Save & Exit).

7. Retourner sous Windows 10, suivre le tutoriel précédent pour mettre à jour le Bios et y retourner pour vérifier que l’option PTT n’est pas activée.

Catégories
Expert

SAN Dell : récupérer les logs diagnostic

Votre parc informatique est équipé d’une baie de stockage Dell et vous souhaitez voir son état de santé. L’historique des événements se lit dans les fichiers log du SAN. Aussi, en cas de problème sur la baie ou sur l’un des disques de stockage, accéder aux logs permettra de connaitre la source de la panne et ainsi de la résoudre au plus vite. Le support Dell (ProSupport) demandera également le log diagnostic pour démarrer une intervention et envoyer la ou les pièces nécessaires à la réparation sous garantie de la baie de stockage. Le SAV Dell demande ces informations pour un simplement changement de disque défectueux donc autant anticiper l’opération avant de les contacter, pour gagner du temps.

Ce tutoriel explique comment se connecter à une baie de stockage Dell Storage, générer un diag et récupérer les logs pour les envoyer au support Dell. Exemple réalisé avec un SAN Dell Storage série PS4210 (PS4210X) mais cela fonctionne de la même manière avec d’autres modèles du constructeur américain (PS6210, PS6610, PS-M4110).

Bien sûr, la baie doit autoriser la connexion SSH pour pouvoir suivre ce guide. On pourra désactiver l’accès Telnet qui n’est pas utile ici.

 

Générer les logs de diagnostic pour une baie de stockage Dell

1. Ouvrir un PuTTY depuis Windows ou un Terminal depuis Mac ou Linux (un outil qui permette de se connecter en SSH).

2. Saisir l’adresse IP de la baie Dell (le Group Manager).

3. S’identifier avec login / password (par défaut grpadmin) : Welcome to Group Manager.

4. Exécuter la commande « diag » puis confirmer « y » et patienter entre 15 et 30 minutes le temps que le système génère six fichiers.

5. Attendre jusqu’au message suivant qui indique que l’opération s’est bien déroulée. Refuser « n » pour ???????????

 

Récupérer les fichiers logs

Si rien n’est arrivé par mail, récupérer les logs par FTP.

1. Utiliser un client FTP ou un simple navigateur internet.

2. Se connecter en FTP à la baie : ftp://grpadmin@IP, par exemple ftp://grpadmin@192.168.0.36 si le login est bien grpadmin.

3. Récupérer les 6 fichiers .dgo (Seg_1.dgo, Seg_2.dgo … Seg_6.dgo).

4. Les compresser dans une archive (zip) et envoyer ce fichier au technicien du support Dell.

Catégories
Expert Linux

Linux : vider la mémoire RAM

Le système d’exploitation et les programmes ouverts consomment de la mémoire vive quand ils sont en cours d’utilisation. Même en idle, quand il tourne à vide sans traitement actif, un processus consomme de la RAM et/ou du swap. Et surtout, des logiciels ou des scripts peuvent gonfler leur utilisation mémoire et saturer la mémoire physique de l’ordinateur ainsi que le swap virtuel. Et ces programmes ne vident pas forcément l’espace qu’ils se sont alloués, gardant ainsi une large plage mémoire et ne libèrent pas cette ressource pour d’autres processus du système. Ce tutoriel explique donc comment libérer de la mémoire vive et du swap sur Linux, que ce soit sur Debian / Ubuntu ou sur RedHat / Fedora / CentOS.

On peut voir la mémoire utilisée par la commande top ou l’utilitaire htop, un peu plus joli. Ici, le poste dispose de 20Go de RAM (2×2 + 2x8Go) avec 13Go d’utilisé. Le swap est vide mais on peut trouver des serveurs et des

Par exemple, si plasmashell plante (environnement KDE) ou quand une console JVM (Java Virtual Machine) sature la mémoire : Caused by: java.lang.OutOfMemoryError: Java heap space

 

Vider la mémoire vive (RAM) d’un Ubuntu / Debian

1. Se connecter en Terminal local ou en SSH distant sur le poste ou le serveur Ubuntu / Debian.

2. Taper la commande suivante :

free -h && sudo sysctl vm.drop_caches=3 && free -h

3. Cela affiche la RAM utilisée, la vide puis ré-affiche la RAM utilisée pour montrer le gain de mémoire vive.

Cette procédure est la combinaison de deux commandes :

  • free -h : voir l’usage de la mémoire vive
  • sysctl vm.drop_caches=3 : vider le cache

 

Vider la mémoire vive (RAM) sur Red Hat / CentOS / Fedora

1. Se connecter en Terminal local ou en SSH distant avec un compte root.

2. Copier/coller la commande suivante :

free -h && sysctl vm.drop_caches=3 && free -h

3. La RAM est ainsi vidée de tout ce qui était obsolète. On utilise aussi la combinaison de free et de vm.drop_caches

Catégories
Expert Logiciels

Veeam : supprimer proprement des fichiers de sauvegarde

Pour sauvegarder votre environnement virtualisé, vous aviez choisi la solution Veeam Backup and Replication afin de réaliser un backup régulier de vos machines virtuelles. Que ce soit avec hyperviseur VMware vSphere ou Microsoft Hyper-V, Veeam est compatible avec les deux leaders du marché de la virtualisation.

Après une série de tests, en cas de changement de disque de sauvegarde ou de saturation de celui-ci, on peut vouloir supprimer les fichiers de sauvegarde créés par Veeam. Ces fichiers VBK, VIB et VBM se multiplient et occupent une place importante sur le disque dur du serveur de sauvegarde, le SAN ou le NAS. Dans le cas où l’on supprime un job de sauvegarde ou de réplication (Backup job ou Replication job), ces fichiers restent présents sur le stockage distant et ne seront pas supprimés. Ce tutoriel explique donc comment effacer proprement les fichiers du backup repository créés par Veeam pour ne pas les supprimer et générer des problèmes de dépendance. Ainsi, le disque sera allégé de ces centaines de gigaoctets, un ménage qui devient une opération de maintenance sur le système de sauvegarde des VM de l’entreprise.

Ce guide a été réalisé pour Veeam Backup & Replication 9.0 et 9.5 avec un environnement VMware vSphere mais cela est identique avec HyperV de Microsoft.

 

Supprimer des fichiers de sauvegarde Veeam B&R 9.5

1. Ouvrir la console Veeam Backup and Replication 9.5.

2. Dans le menu en bas à gauche, cliquer sur « Home » puis trouver Backups, Disks sur la partie au-dessus, toujours dans le panneau de gauche. Procédure identique pour supprimer des fichiers d’un « Replica » (réplication de VM).

3. Trouver le Job name pour lequel supprimer des données. Faire un clic droit dessus et « Delete from disk » pour supprimer toutes les sauvegardes du job ou sur les backups de VM à effacer.

5. Le disque de destination est ainsi allégé de toutes les sauvegardes complètes et incrémentielles qui avaient été réalisées avec cette tâche planifiée.

 

Supprimer des fichiers Veeam Backup & Replication 9.0

1. Ouvrir la console Veeam Backup and Replication 9.0.

2. Dans le menu de gauche, cliquer sur « Backup & Replication » :

3. Dérouler « Backups et Disk » ou « Replicas et Ready » selon le type de sauvegarde Veeam à supprimer : une sauvegarde classique ou une réplication des machines virtuelles.

4. Faire un clic droit sur une ligne Job name pour effacer l’intégralité des fichiers de cette tâche de sauvegarde, ou alors dérouler le Job pour ne supprimer que les fichiers relatifs à une ou plusieurs VM sauvegardées.

5. Maintenant, le support de sauvegarde (disque dur interne, NAS, SAN…) ne contient plus les fichiers de sauvegarde des jobs en question. La suppression a été faite proprement et aucune dépendance ne manquera entre la tâche et le stockage.

Catégories
Expert

Microsoft Exchange : supprimer les fichiers log

Pour fonctionner correctement, un serveur de messagerie Microsoft Exchange travaille avec des fichiers logs. Ceux-ci recensent tous les échanges de mails entrants et sortants ainsi que les autres actions effectuées sur les clients Outlook, les smartphones et en webmail. Ces fichiers peuvent se multiplier et occuper une place importante sur le disque dur du serveur de courrier.

Après une sauvegarde complète ou incrémentielle par NTBackup ou autre logiciel de backup, les anciens logs se suppriment automatiquement, libérant ainsi de l’espace disque devenu inutile. Ces logs gardent l’historique de toute l’activité du serveur Exchange et une sauvegarde quotidienne est donc indispensable pour purger ces fichiers.

En cas de sauvegarde par l’outil intégré de Windows Server, ces logs restent en place mais deviennent inutiles. Cependant, on ne peut pas les supprimer sans vérifier qu’Exchange les a bien pris en compte dans sa base. Ce tutoriel explique comment supprimer les logs obsolètes d’un serveur Microsoft Exchange.

Par défaut, les logs Exchange se trouvent dans C:\Program Files\Microsoft\Exchange Server\Mailbox\First Storage Group

Remarque : prévoir une sauvegarde complète du système avant l’opération (par exemple sauvegarde de VM par Veeam, Acronis pour un serveur physique…).

 

Purger les logs Microsoft Exchange

1. Stopper les services « Microsoft Exchange xxx » des Services locaux de Windows Server

2. Exécuter la commande suivante en adaptant le chemin du Mailbox database :

eseutil /MH "C:\Program Files\Microsoft\Exchange Server\Mailbox\First Storage Group\Mailbox Database.edb"

3. Cette requête doit renvoyer quelque chose comme ceci : Log required : 0-0. Comprendre qu’il n’y a plus aucun log requis pour que le serveur Exchange fonctionne correctement.

4. On peut alors supprimer tous les fichiers logs du dossier « First Storage Group » à l’exception du log en cours (Exx.log) et du fichier de chekpoint (Exx.chk). Il est important de conserver ces deux fichiers.

5. Relancer les services « Microsoft Exchange xxx » ou redémarrer le serveur (le reboot peut être long)

 

Conseils

Plutôt que de supprimer directement les fichiers log, les déplacer sur une autre partition, un autre serveur après un zip complet pour économiser de l’espace disque.

Ne pas supprimer les logs les plus récents. Conserver la dernière dizaine de logs au cas où (environ 10Mo).

Catégories
Expert Linux

Fedora : relancer KDE Plasma Shell

Ce guide concerne les distributions Linux de type Fedora qui utilisent un environnement graphique KDE. Sous licence GNU GPL, le projet KDE a vu le jour en 1998 et est continuellement mis à jour pour corriger des éléments de sécurité et pour apporter des fonctionnalités supplémentaires à l’utilisateur. L’environnement graphique de bureau KDE s’appelle Plasma et il arrive parfois que celui-ci plante, soit à cause d’une défaillance de plasmashell, soit causé par un autre élément du système. Ce tutoriel explique comment tuer et relancer l’interface graphique KDE sur distribution Fedora, en sachant que la commande peut aussi s’appliquer sur d’autres systèmes d’exploitation Linux, tant qu’il s’agit d’une version de bureau KDE Plasma 5, celle sortie en 2014 et toujours la dernière en date. Cette solution évite de devoir reboot l’OS en cas de bug de l’interface graphique, pratique sur un PC professionnel et indispensable pour un rôle serveur.

L’environnement plasmashell ne se relance pas avec un simple restart de service,

 

Redémarrer KDE sur Fedora

1. Si l’environnement graphique KDE est planté sur un poste de travail ou un serveur, ouvrir un Terminal local ou une connexion distante SSH.

2. Taper et valider la commande suivante pour tuer le bureau et le relancer :

killall plasmashell & kstart5 plasmashell

3. De nombreuses lignes apparaissent à l’écran et on voit l’interface graphique sauter pour revenir ensuite grâce au kstart.

4. L’environnement de bureau est à nouveau disponible sans avoir à redémarrer le système d’exploitation.