Catégories
Expert Logiciels Virtualisation

Installer les VMware Tools sur Linux

L’installation d’une machine virtuelle sous VMware vSphere, VMware Workstation, VMware Fusion ou VMware Player implique d’installer les drivers (pilotes) du matériel virtuel. Ces VMware Tools sont à installer sur tous les systèmes (Windows, Linux, etc). Si l’installation sous Windows se fait en quelques clics, un serveur Linux en mode console ne se configure pas de la même façon.

Ce tutoriel explique comment installer les drivers VMTools sur distributions Linux : Ubuntu, Debian, Red Hat, Fedora, CentOS et autres OS associés.

 

Installer les VMware Tools sur Ubuntu / Debian

1. Avec le vSphere Client, depuis la Console de la VM, aller dans le menu VM, Guest, Install/Upgrade VMware Tools. L’ISO des Tools va être chargé dans la machine virtuelle.

2. Ouvrir une console locale ou distante pour créer un dossier de montage : sudo mkdir /mnt/cdrom
Confirmer la commande en saisissant le mot de passe root ou utilisateur autorisé.

3. Monter le disque : sudo mount /dev/cdrom /mnt/cdrom
La commande peut renvoyer un message qui indique que le média est protégé en écriture et qu’il sera monté en lecture seule, cela suffit pour lire les fichiers de l’ISO.

4. Lister les fichiers pour identifier la version exacte des VM Tools : ls /mnt/cdrom
Dans cet exemple : VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz (ESXi 5.5u2 à jour)

5. Extraire les fichiers de l’archive dans un dossier :
tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-x.x.x-xxxx.tar.gz -C /tmp/
Dans notre exemple, cela donnerait : tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz -C /tmp/
Les fichiers sont extraits et listés dans la console.

6. Aller dans le dossier de décompression des VMware Tools : cd /tmp/vmware-tools-distrib/

7. Installer les VMTools : sudo ./vmware-install.pl -d
« -d » permet de valider chaque étape avec les paramètres par défaut.

Si le message suivant apparait : « open-vm-tools are available from the OS vendor and VMware recommends using open-vm-tools. See http://kb.vmware.com/kb/2073803 for more information. » , il convient d’installer les Open VMTools de cette façon : sudo apt-get install open-vm-tools
Note : un sudo apt-get update est peut-être nécessaire pour installer ce paquet.

 

Installer les VMware Tools sur Fedora / Red Hat / CentOS

1. Avec le vSphere Client, depuis la Console de la machine virtuelle, aller dans le menu VM, Guest, Install/Upgrade VMware Tools. Cela va charger l’ISO des VMTools dans le lecteur CD de la VM.

2. Ouvrir une console pour créer un dossier de montage : mkdir /mnt/cdrom
Il faut confirmer la commande en saisissant le mot de passe utilisateur.

3. Monter le disque : mount /dev/cdrom /mnt/cdrom
La commande peut indiquer que le disque sera monté en lecture seule.

4. Lister les fichiers de l’ISO pour identifier la version exacte des VM Tools : ls /mnt/cdrom
Identifier par exemple : VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz

5. Extraire les fichiers de l’archive tar.gz dans un dossier temporaire : tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-x.x.x-xxxx.tar.gz -C /tmp/
Dans notre exemple, cela donnerait : tar xzvf /mnt/cdrom/VMwareTools-9.4.12-2627939.tar.gz -C /tmp/

6. Se rendre dans le dossier de décompression des VMware Tools : cd /tmp/vmware-tools-distrib/

7. Installer les VMTools : ./vmware-install.pl -d
« -d » permet d’éviter d’avoir à valider chaque étape en prenant les paramètres par défaut.

 

Dans certains cas, le setup des VMTools officiels recommande d’installer les Open VM Tools. Ces drivers sont donc liés au système et non pas à l’hyperviseur ESXi. Ces OpenVMTools se mettent à jour avec les paquets de l’OS.
Installer les Open-VM-Tools : yum install open-vm-tools

 

Catégories
Expert Virtualisation

VMware ESXi : ajouter un serveur au cluster

Dans le cadre d’un remplacement de serveur ou pour ajouter une nouvelle machine dans un cluster de virtualisation VMware ESXi, il est nécessaire d’indiquer au vCenter quel serveur rejoindra les autres. Ce tutoriel explique comment ajouter un nouveau serveur au cluster VMware ESXi déjà en place.

 

Ajouter un hôte au cluster VMware ESXi

1. Dans la console vSphere Client du cluster, faire un clic droit sur le cluster et choisir Add Host.

Dans le cadre d’un remplacement de serveur et un nombre limité d’hôtes dû à la licence, il faut d’abord déconnecter le serveur obsolète (clic droit Disconnect sur le serveur en question puis clic droit Remove) avant d’ajouter le nouveau. Bien sûr, les VM hébergées sur ce vieux serveur doivent avoir migré sur un autre hôte du cluster, automatique si vMotion est bien configuré.

2. Indiquer le nom du serveur (ou son adresse IP) et un compte administrateur du nouveau serveur (root ou autre).

3. Accepter l’alerte de sécurité concernant le certificat pour approuver l’hôte.

4. Le « Lockdown mode » empêche de se connecter directement sur l’hôte avec le vSphere Client, fonctionnalité à ne valider que si on en a une utilité bien précise sinon laisser décoché.

5. Confirmer l’ajout du nouveau serveur au cluster existant, l’opération de prend que quelques secondes.

6. L’hôte a été ajouté et sa licence appliquée pour profiter des fonctionnalités du cluster.

Catégories
Expert Tutoriel Virtualisation

VMware ESXi : ajouter un utilisateur vCenter

A l’installation du système de virtualisation VMware ESXi, l’utilisateur – administrateur root est créé pour gérer le serveur. Pour mieux gérer l’hyperviseur ou déléguer des tâches, il est recommandé de créer des utilisateurs spécifiques pour chaque utilisation.

Ce tutoriel s’applique aux versions sous licence VMware vSphere ESXi et à la version gratuite VMware vSphere Hypervizor, en versions 4.0, 4.1, 5.0, 5.1 et 5.5.

 

Ajouter un utilisateur vCenter au VMware ESXi vSphere Client

1. Ouvrir la console vSphere Client et se placer au niveau de l’hôte.

2. Cliquer sur l’onglet Local Users & Groups.

3. Faire un clic droit, Add.

4. Renseigner les champs suivants :

  • Login : identifiant de connexion
  • Password : mot de passe
  • Shell Access : autoriser l’utilisateur à se connecter en SSH sur le serveur ESXi
  • Group membership : droits root, users ou autre groupe d’utilisateurs

5. Cliquer sur l’onglet Permissions (ou Autorisations avec une interface française).

6. Faire un clic droit, Add Permission.

7. Dans la partie gauche « Users and Groups » , cliquer sur le bouton Add pour charger l’utilisateur créé.
Dans la partie droite « Assigned Role » , donner les droits nécessaires à cet utilisateur en choisissant un profil (No access, Read only, Administrator) ou en cochant / décochant les autorisations.

Pour assigner des droits au niveau des VM ou des Ressource Pools, sélectionner la machine virtuelle ou le pool de ressource dans vSphere Client et aller sur l’onglet Permission des VM en question pour réaliser la même opération.

Catégories
Expert Tutoriel Virtualisation

VMware ESXi : utiliser Update manager dans vCenter

Après l’installation du plugin Update Manager, ce tutoriel explique comment administrer l’outil de mise à jour des serveurs VMware vSphere ESXi.

 

Utiliser Update Manager, le plugin de mise à jour VMware ESXi

1. Se connecter à vCenter par le vSphere Client.

2. Aller sur l’onglet Update Manager au niveau du cluster ou des hosts.

3. En haut à droite, cliquer sur Attach (ou Attacher) pour sélectionner le type de mises à jour souhaité.

4. Cocher les mises à jour nécessaires : critiques ou non critiques.

5. Rechercher les mises à jour en cliquant sur Scan (ou Analyser) et en sélectionnant les paquets à chercher.

6. La partie basse de l’écran montre les serveurs présents dans le cluster et leur état. Ceux-ci sont sûrement en rouge car les dernières mises à jour n’y sont pas encore installées.

7. En bas à droite, cliquer sur Stage (Transférer) pour télécharger tous les paquets (critiques et/ou non critiques) sur le(s) serveur(s), la liste précise si l’installation de l’update nécessite un redémarrage du serveur.

8. L’étape précédente n’était que le téléchargement des mises à jours, le bouton Remediate (ou Corriger) permet de les installer.

En production, il est conseillé de mettre à jour un serveur après l’autre en profitant du HA (haute disponibilité), c’est-à-dire que les machines virtuelles vont aller sur les autres serveurs du cluster pour libérer l’hôte en maintenance, afin que l’installation des updates et que le reboot ne perturbe pas l’activité des VM.

Pour plus de précaution dans un environnement non critique, il est bien sûr possible de réaliser cette opération de maintenance en mode « sécurité » : on arrête toutes les VM, on met à jour un à un chaque serveur (au cas où une mauvaise mise à jour ferait planter un host au redémarrage) et on relance les machines en vérifiant le bon fonctionnement + mise à jour des drivers VMTools.

Catégories
Expert Tutoriel Virtualisation

VMware ESXi : installer Update manager dans vCenter

Une infrastructure virtualisée avec VMware vSphere ESXi (plusieurs serveurs sous licence) permet de gérer les mises à jour depuis la console d’administration. Dans la configuration par défaut, le plugin de mise à jour Update Manager n’est pas installé, ce tutoriel explique comment faire car l’installation n’est pas intuitive.

Cette importante fonctionnalité n’est pas disponible avec la version gratuite d’ESXi Hypervisor, qui nécessite de mettre à jour le système en réinstallant une nouvelle version sur le disque dur, la clé USB ou la carte SD embarquée. Ce tutoriel concerne donc les versions sous licence comme VMware vSphere Essentials Plus Kit.

 

Installer l’outil de mise à jour des serveurs VMware ESXi

1. Se connecter au vCenter par le vSphere Client.

2. Dans le menu Plug-ins, choisir Manage Plug-ins.

3. Le Plugin Manager montre les composants déjà installés et ceux disponibles : cliquer sur Download and Install de la ligne VMware vSphere Update Manager Extension.

4. L’installation du composant se fait comme un logiciel standard, sur le PC client.

5. L’onglet Update Manager s’est ajouté à la console d’administration, au niveau du cluster et des hosts/serveurs.

L’étape suivante est l’utilisation de VMware vSphere Update Manager.

Catégories
Expert Virtualisation

Optimiser une machine virtuelle Windows

Le système d’exploitation installé sur une machine virtuelle est le même que celui pour un ordinateur physique. Néanmoins, certaines fonctions deviennent inutiles voire ralentissent inutilement la VM.

Que ce soit pour VMware ESXi ou Microsoft Hyper-V, l’optimisation d’une machine virtuelle peut faire économiser des ressources matérielles et donc de l’argent à l’entreprise. Ce sera également très utile en VDI, la virtualisation de poste de travail, où les économies se feront par multiples de cent ou de mille.

Cette liste de paramétrages peut également être appliquée à une machine virtuelle ou un ordinateur qui serait destiné à un usage de test, sans accès internet, par exemple dans le cadre d’une formation. Windows Vista, 7, 8 et 8.1 sont concernés par ces options mais Windows XP n’embarque pas toutes ces fonctions.

 

Fonctions à désactiver pour optimiser une machine virtuelle

Chaque option est à désactiver si la fonctionnalité est inutile.

  • Désactiver la restauration système
  • Désactiver la défragmentation de disque en arrière-plan
  • Désactiver le service Windows Search (indexation de fichiers)
  • Désactiver le service Windows Update (mises à jour de Windows)
  • Désactiver le service Windows Defender (antivirus / protection contre les logiciels malveillants)
  • Désactiver l’écran de veille, la veille de l’ordinateur et la veille prolongée
  • Désactiver les effets graphiques

Penser à désactiver les alertes du centre de maintenance pour tous ces éléments.

Pour aller plus loin, lire ce guide d’optimisation pour VMware View Horizon.

Catégories
Android Intermédiaire Tutoriel Virtualisation

Installer Android sur un ordinateur

Envie de découvrir le système d’exploitation mobile Android sans avoir de smartphone ou de tablette compatible ? Un développement d’application Android mais pas envie d’acheter un périphérique pour les tests ? Voici donc comment installer un système Android sur un PC classique. L’exemple d’installation a été fait avec une machine virtuelle VMware Player, un logiciel gratuit pour émuler un autre système d’exploitation sur son ordinateur. Ce tutoriel est compatible avec Windows 10, 8, 7, Vista et XP mais aussi Linux.


 

Installer Android sur un PC

I. Environnement virtuel VMware

Il faut tout d’abord s’assurer que votre ordinateur (le vrai) est capable d’accueillir une machine virtuelle, c’est-à-dire avec suffisamment d’espace libre sur le disque dur (disons 10Go) et avec un total de 4Go de mémoire vive pour dédier 1Go à notre système virtuel Android. C’est beaucoup de RAM ? Pensez aux derniers smartphones qui embarquent jusqu’à 6Go de mémoire vive !

1. Télécharger le programme VMware Player, actuellement en version 7, sur cette page (bien choisir la version VMware Player for Windows 64-bit). Ce logiciel est gratuit. Une version plus récente sera aussi compatible avec ce tutoriel.

2. Installer le programme téléchargé. On peut désactiver l’envoi d’informations anonymes et les updates. Inutile de renseigner le numéro de licence, celle-ci sert à débloquer des fonctions inutiles dans notre cas.

3. Télécharger Android-x86 dans la version désirée sur le site android-x86.org.
La version d’Android utilisée dans ce tutoriel est la 4.3 mais ce guide fonctionne aussi avec les versions antérieures (2.2, 2.3, 3.2, 4.0, 4.2) et avec les futures (4.4, 5.0, 5.1, 6.0, 7, 7.1…).

 

II. Préparation de la machine virtuelle

1. Ouvrir le logiciel VMware Player et cliquer sur Create a New Virtual Machine pour créer une nouvelle machine virtuelle.

2. Cliquer sur Installer disc image file (iso) et chercher votre fichier fraichement téléchargé (certainement dans votre bibliothèque Téléchargements).

3. Donner un nom à la machine, par exemple Android.

4. Préciser la taille de disque dur à réserver pour cette VM Android : 8 ou 10Go suffiront amplement.

5. L’écran suivant récapitule la configuration de la machine virtuelle. Par défaut, seuls 256Mo de RAM sont alloués, on peut augmenter cette taille en cliquant sur le bouton « Customize Hardware » et indiquer « 1024 » Mo dans la partie « Memory » .

6. Vérifier que le disque virtuel est en « IDE » et non en SCSI.

 

III. Installation du système Android

1. Au premier démarrage, plusieurs possibilités sont proposées : Live CD ou Installation. C’est l’installation qui nous intéresse, descendre avec la flèche du clavier jusqu’à la ligne « Installation – Install Android-x86 to harddisk » et appuyer sur la touche « Entrée » pour continuer.

2. Valider « Create/Modify partitions » .

3. « Do you want to use GPT? » : No !

4. L’utilitaire cfdisk voit l’espace disque réservé pour notre VM.

5. Appuyer sur la touche « N » du clavier (pour New) pour utiliser tout l’espace disponible. Valider « Primary » avec la touche « Entrée » ainsi que la « Size » proposée, elle doit correspondre à la taille du disque.

6. Le curseur revient sur [Bootable], confirmer avec la touche « Entrée » pour rendre la partition bootable.

7. Déplacer le curseur vers la droite pour arriver sur l’option [Write] qui écrira les modifications sur le disque. Confirmer par Yes.

8. Après quelques instants, le temps qu’il écrive les modifications, déplacer le curseur jusqu’à [Quit] pour sortir de cet écran de configuration du disque.

9. Dans la fenêtre Choose partition, sélectionner la ligne « sda1 » et valider par OK.

10. Pour formater le disque, choisir le format « ext3 » ou « ext4 » et confirmer.

11. Dire « Yes » à la demande d’installation du boot loader GRUB.

12. Répondre « Yes » à la demande d’installation du répertoire système en lecture/écriture.

13. L’installation est très rapide.

14. A la fin, demander à « Run Android-x86 » .

 

IV. Premier démarrage sous Android

1. Choisir votre langue et cliquer sur le bouton « Démarrer » .

2. Le système veut se connecter à un réseau Wi-Fi mais ce n’est pas possible, la machine virtuelle n’est pas équipée de carte sans-fil. Pas grave, une carte réseau virtuelle est déjà en place et fonctionnera pour se connecter à internet. On clique donc sur « Ignorer » l’étape wifi.

3. Comme tout nouveau périphérique Android, il faut se connecter avec un compte Google (Gmail). Attention, le clavier est en qwerty (exemple de clavier).

Le redémarrage est géré et la configuration reste en place.

 

V. Android sur ordinateur PC

1. L’écran d’accueil est vide mais on reconnait les trois boutons virtuels du système Android. En bonus, la souris fonctionne pour émuler l’écran tactile des smartphones et tablettes.

2. Cliquer sur le seul icône présent pour voir la liste des applications déjà installées.

3. Outre les applications par défaut (Calculatrice, Maps, E-mail, YouTube), on constate avec plaisir que le Play Store est disponible pour télécharger des applications, comme sur un vrai téléphone.

4. La synchronisation des mails fonctionne, les applications s’installent et se mettent à jour, le portage Android sur ordinateur est un franc succès. La capture d’écran ci-dessous montre qu’on peut facilement changer la disposition du clavier pour passer de qwerty à azerty, le clavier français.

5. Dans les Paramètres Android, on voit que la machine virtuelle est reconnue comme une tablette. Le menu « A propos de la tablette » confirme que nous avons un système Android dans la version désirée. Il y a même un menu « Eteindre » pour arrêter la VM Android.

Catégories
Intermédiaire Tutoriel Virtualisation Windows 8

Essayer Windows 8 sur un ordinateur Windows ou Linux

Envie de goûter à Windows 8 sans risque ? Tout le monde n’a pas deux ordinateurs ni l’envie de perdre ses fichiers pour essayer le dernier Windows mais il est cependant possible de le tester sans rien casser. Nous utiliserons ici une machine virtuelle, c’est-à-dire une émulation d’un ordinateur sous la forme d’un simple logiciel sur son propre ordinateur fixe ou portable.

Il est aussi possible d’utiliser ce tutoriel pour installer Windows 8.1 Preview.

 

Essayer gratuitement et simplement Windows 8 sur son ordinateur Windows 7

Fonctionne aussi si vous avez Windows XP, Vista ou Linux mais nous choisissons ici l’exemple de Windows 7, système le plus répandu.

 

1. Prérequis

Il faut tout d’abord s’assurer que son (vrai) ordinateur puisse accueillir une machine virtuelle. Un minimum de 40Go d’espace libre sur le disque dur et au moins 4Go de mémoire vive sont nécessaires pour Windows 8 virtuel.

Il faut aussi disposer du DVD ou de l’ISO d’installation de Windows 8. Voir l’étape 3.

 

2. Installation du logiciel qui va accueillir la machine virtuelle

Le numéro 1 de la virtualisation VMware propose gratuitement son logiciel destiné aux ordinateurs classiques : VMware Player. On peut télécharger l’actuelle version 7 sur cette page (bien choisir la version VMware Player for Windows 64-bit). Les Windows 32bits devront télécharger la version 6.

Installer le logiciel téléchargé, il n’y a pas de complication dans cette étape. On peut désactiver l’envoi d’informations anonymes et les updates car il en profitera (trop souvent) pour proposer son logiciel payant VMware Workstation.

 

3. Téléchargement de Windows 8

Si vous n’avez pas encore le DVD d’installation ou un fichier ISO de Windows 8, Microsoft permet de télécharger gratuitement une version d’évaluation de 90 jours.

Se rendre sur ce site MSDN pour télécharger Windows 8, en 32 bits ou en 64 bits (en savoir plus). Il faut posséder un compte Microsoft, un numéro de série sera généré pour valider l’installation.

 

4. Installation de la machine virtuelle

1. Ouvrir le logiciel VMware Player fraichement installé. Cliquer sur Create a new virtual machine.

2. Charger le DVD dans le lecteur ou le fichier ISO depuis votre disque dur. Le logiciel va automatiquement détecter le système d’exploitation que vous souhaitez installer et va donc faciliter le processus (Easy install).

3. Préciser la clé de produit Windows reçue après le téléchargement de la version d’évaluation ou avec votre licence achetée. Il est cependant possible de continuer l’installation sans indiquer la clé de produit. Il faudra donc activer la licence de Windows dans un délai de 30 jours.

4. Indiquer un nom à la machine virtuelle. Ce nom d’affichage sera utilisé dans le logiciel VMware et pour retrouver les fichiers sur votre disque dur. On peut également changer l’emplacement par défaut de la VM (virtual machine).

5. Dans l’écran suivant, indiquer la taille maximum que pourra utiliser votre machine virtuelle. Si 60Go sont conseillés, 40Go suffiront amplement pour un essai de Windows 8. A savoir que la version 64bits prendra plus de place que la 32bits.

6. A l’écran « Ready to create virtual machine » , on peut cliquer sur Customize hardware pour modifier quelques éléments avant l’installation de Windows 8.

7. Ainsi, nous pouvons modifier la quantité de mémoire vive allouée (par défaut 1Go, soit 1024Mo, que l’on peut monter à 2Go -soit 2048Mo– si votre ordinateur est bien équipé).
Le Network adaptater est la carte réseau virtuelle, par défaut en NAT donc la machine virtuelle aura accès à internet via l’adresse IP de votre ordinateur physique. Pour donner une IP dédiée à la VM, choisir Bridge.
Valider les changements par le bouton Close.

8. De retour sur « Ready to create virtual machine » , cliquer sur Finish pour terminer la configuration de la machine virtuelle et voir démarrer l’installation automatique.

9. Les étapes sont réduites au minimum par l’Easy install, il n’y aura peut-être rien à faire ou simplement un détail, choisir la version à installer : Windows 8 Professionnel pour la version entreprise, Windows 8 « tout court » pour la maison.

10. Visuellement, l’installation est identique que sur un ordinateur.

11. Une fois Windows 8 démarré (l’écran d’accueil est visible), le bas de la fenêtre indique « Easy install is installigne VMware Tools on Windows 8 » : le laisser faire, la machine virtuelle redémarrera automatiquement. Ces Tools sont des drivers pour profiter d’un affichage de grande taille, du son et du partage de réseau entre votre ordinateur et la machine virtuelle.

12. Voilà, vous pouvez maintenant utiliser ou découvrir Windows 8, comme un logiciel, sur votre ordinateur Windows ou Linux.