Catégories
Expert Tutoriel

Enregistrer les paramètres d’une connexion Bureau à distance

Pour éviter d’avoir à paramétrer chaque nouvelle connexion au même serveur Windows, il est possible d’enregistrer la configuration du Bureau à distance.

 

Enregistrer les paramètres de connexion Bureau à distance

1. Ouvrir la Connexion Bureau à distance (mstsc.exe).

2. Configurer les options de connexion dans les différents onglets (Affichage, Ressources locales, Programmes, etc).

3. Revenir sur l’onglet « Général » et cliquer sur le bouton « Enregistrer sous » .

4. Enregistrer le fichier .RDP.

La connexion sera automatiquement paramétrée selon la configuration choisie.

Catégories
Expert Tutoriel

Script de connexion Bureau à distance

La Connexion Bureau à distance sert à se connecter à une machine Windows depuis un autre poste, un outil très utile pour les administrateurs système. Pour éviter d’avoir à saisir les informations de connexion à chaque fois, il est possible d’ajouter des paramètres et de faire des scripts de connexion automatique.

L’outil Connexion Bureau à distance est aussi connu sous les noms de Remote Desktop, RDP et MSTSC.

 

Script de connexion Bureau à distance (mstsc)

Ouvrir un Invite de commandes (cmd.exe).

Par défaut, mstsc.exe ouvre la Connexion Bureau à distance.

Arguments supplémentaires :

  • /v:serveur : indiquer le nom de la machine distante
  • /f : démarre la connexion en plein écran (fullscreen)
  • /w:width : spécifier la largeur de la résolution souhaitée
  • /h:height : préciser la hauteur de la résolution souhaitée

On peut ainsi obtenir une commande telle que : mstsc.exe /v:SRV01 /w:1024 /h:768

Cette ligne de commande peut être collée dans un fichier .bat pour créer un script de connexion.


Toutes les autres options peuvent être trouvées par la commande « mstsc /? »

Catégories
Expert SGBD Tutoriel

SQL Server : réduire la taille des fichiers log

Ce tutoriel explique comment gérer la taille des fichiers log d’un serveur SQL, pas l’historique des bases (.LDF associé au .MDF). Ces enregistrements se font dans le chemin d’installation MSSQL\Log et ces fichiers peuvent vite grimper à plusieurs Go.

 

Supprimer les fichiers ERRORLOG

Les fichiers ERRORLOG peuvent être supprimés à la main mais le fichier courant indique une erreur : « Cette action ne peut pas être réalisée car le fichier est ouvert dans SQL Server » .

Un nouveau fichier est généré à chaque redémarrage de l’instance ou du serveur. Pour ne pas rendre indisponible le serveur SQL, exécuter la requête DBCC ERRORLOG sur le serveur pour libérer le ERRORLOG actuel et en créer un nouveau. On peut ainsi supprimer ou déplacer le fichier de quelques Go.

 

Créer une tâche automatique pour créer un nouveau fichier log

On peut créer un job SQL pour exécuter cette commande à intervalle régulier et ainsi purger automatiquement les anciens fichiers logs. Il convient néanmoins de garder une période de quelques semaines d’historique pour un serveur en production.

1. Dérouler Agent SQL Server (SQL Server Agent en Anglais). Clic droit sur Travaux, Nouveau travail.

2. Indiquer la commande « DBCC ERRORLOG » et planifier la tâche.

 

Nombre maximum de fichiers ERRORLOG à conserver

1. Depuis SQL Management Studio, dérouler l’instance et Gestion. Faire un clic droit sur Journaux SQL Server et choisir « Configurer » (ou SQL Server Logs en Anglais).

2. Indiquer une valeur entre 6 et 99 pour limiter le nombre maximum de fichiers ERRORLOG qui seront stockés sur le serveur. Par défaut, un fichier courant et 6 archives sont conservés.

Il peut être intéressant d’indiquer une valeur élevée dans le cas où vous exécutez un dbcc errorlog chaque jour, ce qui permettrait d’avoir quelques semaines d’historique.

Catégories
Expert Tutoriel

Mettre à jour Bios et Firmware sur un serveur Dell

La mise à jour du Bios d’une machine Dell peut se faire très simplement depuis un système Windows mais c’est plus compliqué quand on utilise Linux, VMware ESXi ou un autre OS alternatif, en raison du format utilisé. Les mises à jour du Bios de la carte mère et du fimware des cartes RAID se fait via un exécutable .exe, format uniquement pris en charge par les systèmes Windows.

Dell met à disposition des packs SMTD et SUU avec toutes les mises à jour disponibles. Malheureusement ces updates au format ISO nécessitent de graver un DVD double couche alors que la plupart des serveurs ne peuvent certainement pas lire ces disques. Les serveurs les plus récents embarquent le Dell Lifecycle Controller, interface graphique au niveau du Bios qui peut télécharger les drivers et firmwares sur internet, sans faire appel au système d’exploitation.

Il existe une méthode alternative : télécharger les mises à jour et les mettre sur une clé USB.

Toutes ces informations proviennent du support technique Dell. En cas de doute, ne pas hésiter à appeler le ProSupport pour avoir une assistance à la mise à jour.

 

Télécharger la mise à jour des Bios et Firmware du serveur

1. Aller sur la page du support Dell : http://www.dell.com/support/home/fr/fr/frbsdt1

2. Indiquer le Service TAG, ce code unique à 7 caractères qui identifie la machine.

3. Ouvrir l’onglet « Pilotes et téléchargements » et dérouler la ligne BIOS pour télécharger le fichier. En faire autant pour le firmware des cartes PERC RAID (SAS, SCSI, SATA, SSD). En cas de doute et parce que ça ne coûte rien, mieux vaut téléphoner au ProSupport Dell pour qu’un technicien fournisse les liens directs vers ces fichiers afin d’éviter toute erreur.

 

Préparer une clé USB avec les mises à jour

1. Télécharger l’utilitaire DELL_32-BIT-DIAGNOSTICS.

2. Créer une clé USB bootable en choisissant l’option « Install to a USB Flash Drive » . Il faut utiliser une clé USB de capacité inférieure ou égale à 2Go (ça devient difficile à trouver!).

3. Créer un dossier « update » et copier les bios et firmwares dans ce répertoire. Il est possible et conseillé de renommer les fichiers avec cinq caractères au maximum.

4. Démarrer le serveur sur cette clé (généralement « F11 » au démarrage).

5. Choisir l’option 4 pour obtenir un invite de commandes.

6. Entrer « C: » (le clavier peut être en qwerty donc Shift+M pour le double point).

7. Ecrire « cd update » pour entrer dans le répertoire des mises à jour.

8. Saisir le nom du fichier, par exemple BIOS.EXE et suivre les instructions. En cas d’oubli, faire un « dir » pour lister le contenu de la clé.

Refaire la procédure pour la seconde mise à jour, etc.

 

En cas d’erreur

Il est possible qu’une mise à jour ne passe pas, par exemple pour une carte SAS RAID PERC H700 d’un PowerEdge R710.

1. Sur un poste de travail classique, extraire le contenu du firmware PERC sur le disque dur. Généralement, un double clic sur le fichier SAS_RAID_H700I.exe demande automatiquement un dossier d’extraction, par exemple C:\dell\drivers\R302859. Localiser le fichier update.bat pour la suite.

2. Copier le contenu de ce dossier dans le dossier « update » de la clé USB précédemment créée. On aura par exemple [USBKEY]\update\perch700.

3. Démarrer le serveur sur la clé, choix 4, C:, cd update, cd perch700 (ou autre nom du dossier créé).

4. Ecrire « update.bat » et valider : la mise à jour se lance.

Catégories
Expert Réseau Windows Server 2012 / R2

Windows Server 2012 / R2 : configurer un NIC teaming (trunk)

Windows Server 2012 et 2012 R2 intègrent une nouvelle fonction intéressante pour décupler la vitesse réseau : le NIC teaming. Agrégation de liens en Français, il s’agit de regrouper plusieurs cartes réseau pour en former une seule, virtuelle, qui additionne les débits maximum de chaque carte. Il devient donc facile d’obtenir des transferts réseau supérieurs à la norme Gigabit et dépasser la limite des 125Mo/s théoriques.

Lire la même procédure de NIC Teaming sur Windows Server 2019.

 

Configurer un « trunk virtuel » sous Windows Server 2012 / R2

1. Dans le Gestionnaire de serveur, aller dans Serveur local.

2. La ligne « Association de cartes réseau » (NIC Teaming) doit être en « Désactivé » : cliquer dessus. En dessous sont listées les différentes cartes réseau du serveur physique ou virtuel.

3. Dans le bloc Equipes, cliquer sur Tâches et « Nouvelle équipe » (New Team en Anglais).

4. Donner un nom à ce Teaming et sélectionner les cartes membres de ce groupe.

5. Le menu « Propriétés supplémentaires » propose différentes options :

  • Mode d’équipe (Teaming mode) : si le lag est statique sur le switch (IEEE 802.3ad), choisir « Association statique » ; si le lag (latence) est configurée en dynamique (IEEE 802.1ax), choisir « LACP » ; l’option « Indépendant du commutateur » doit permettre de s’affranchir d’une quelconque configuration du switch (par défaut).
  • Mode d’équilibrage de charge (Load balaing mode) : « Hachage d’adresse » utilise les adresses MAC, les adresses IP et les ports TCP ; « Port Hyper-V » est à sélectionner pour dédier le trunk à l’hyperviseur ; « Dynamique » pour automatique.
  • Carte réseau en attente (Standby adaptater) : choisir « Aucun » pour utiliser toutes les cartes réseau dans le NIC Teaming ; sinon choisir celle qui sera en attente.
  • Interface d’équipe principale (Primary team interface) : possibilité d’assigner le trunk à un VLAN spécifique.

6. Valider par OK et patienter car l’avertissement « Echec » peut prendre quelques instants pour passer en statut « OK » .

7. Les deux cartes réseau sont maintenant vues comme une seule connexion.

Il ne reste plus qu’à tester des transferts réseau pour vérifier que le débit est bien doublé. Evidemment, il faudra avoir une source qui dispose d’une connexion réseau supérieure à 1Gbits ou plusieurs sources Gigabit.

Pour en savoir plus, Microsoft propose un document de 36 pages sur le NIC Teaming de Windows Server 2012.

 

Cas particulier

Il se peut que le Teaming mette quelques instants pour démarrer, on remarque ce problème lorsqu’après un redémarrage de Windows Server, un message d’erreur indique qu’il ne trouve pas le domaine. La première idée est de se connecter en Administrateur local mais la solution est de passer le service en « Démarrage différé » . Ainsi, après un reboot système, on patiente moins d’une minute et la connexion au domaine sera opérationnelle.

Catégories
Expert Tutoriel

Exchange : cacher un utilisateur de la liste des adresses partagées

Une fonction Microsoft Exchange intéressante est le partage de contacts entre tous les utilisateurs de l’entreprise. Ainsi, chaque personne dispose d’un répertoire contenant tous ses collègues et groupes de travail.

Aperçu du carnet d’adresse global dans Outlook

La création d’un nouvel utilisateur Exchange ajoute automatiquement celui-ci dans la liste d’adresses globale (Global Address List, ou GAL) mais on peut souhaiter le contraire. De même, les comptes d’utilisateurs par défaut du système (Administrateur par exemple) ont aussi une adresse et sont listés dans le carnet d’adresse global. On peut aussi retirer les « boite aux lettres de salle » , « boite aux lettres d’équipement » et diverses boites comme « noreply » ou « unsubscribe » .

 

Cacher un utilisateur et un groupe Exchange de la Global Address List

L’exemple a été réalisé avec Exchange 2007 mais les autres versions disposent de la même option.

1. Ouvrir la console de gestion Exchange Management Console.

2. Dérouler la Configuration du destinataire et Boite aux lettres.

3. Double cliquer sur l’utilisateur en question pour ouvrir les Propriétés.

4. Dans la partie basse de la fenêtre, cocher la ligne « Masquer dans la liste d’adresses Exchange » et valider par OK.

5. On peut aussi cacher les groupes comme « Administrateurs » : aller dans le menu Contact de messagerie et procéder de la même manière.

Il n’y a plus qu’à attendre la prochaine mise à jour périodique pour constater les modifications sur vos clients Outlook.

Catégories
Expert Logiciels Tutoriel

Changer la langue d’un serveur Symantec Backup Exec

Pour des raisons pratiques, votre logiciel Symantec Backup Exec est en Français mais pour travailler avec vos collègues espagnols ou allemands, vous aimeriez passer le logiciel en Anglais ou dans leur langue respective. Aussi, le support international Symantec appréciera de vous assister sur une version anglophone plutôt que française.

Ce tutoriel s’applique à toutes les versions de Symantec Backup Exec : 12.5, 2010, 2012, etc.

 

Modifier la langue du logiciel Backup Exec

Votre serveur Backup Exec est en Français et vous souhaitez le passer en Anglais.

1. Fermer le logiciel Backup Exec.

2. Sur le serveur, ouvrir la console Exécuter et taper regedit pour ouvrir l’éditeur de registre.

3. Dérouler HKEY_LOCAL_MACHINE\SOFTWARE\Symantec\Backup Exec For Windows\Backup Exec

4. Clic droit, Nouveau et choisir Valeur chaine (ou « String value » en Anglais).

5. Nommer cette chaine « Language » et valider.

6. Double cliquer sur cette chaine pour modifier sa valeur. Dans « Données de la valeur » , indiquer « EN » pour passer le logiciel en Anglais, « CH » pour le Chinois, « DE » pour l’Allemand, « ES » pour l’Espagnol, « IT » pour l’Italien, « KO » pour le Coréen, « JP » pour le Japonais ou « RU » pour le Russe. La valeur « FR » fixera la langue en Français.

7. Valider la modification et fermer l’éditeur de registre.

8. Démarrer la console serveur de Backup Exec et constater le changement de langue.

 

Remettre Backup Exec en Français

Il suffit de retourner dans regedit pour modifier la valeur de la chaine « Language » à « FR » .

 

Ca ne fonctionne pas ?

C’est sûrement parce que vous aviez installé une version limitée à une seule langue. Pour installer les traductions :

1. Se rendre dans Installation et gestion de licence, Installer Options et licences.

2. Passer les trois premières étapes avec Suivant pour arriver à « Sélectionner des langues » . Cocher et installer celles qui vous intéressent.

Catégories
Expert SGBD Tutoriel

Créer un utilisateur en lecture seule dans SQL Server

Un serveur SQL permet de gérer des autorisations d’accès pour par exemple n’autoriser que la consultation d’une base à certains utilisateurs. Ce tutoriel est applicable sur toutes les versions de SQL Server (2005, 2008 / R2, 2012).

 

Création d’un nouvel utilisateur SQL Server en lecture seule

1. Ouvrir SQL Server Management Studio, se connecter au serveur SQL et dérouler Sécurité. Faire un clic droit sur Connexions et choisir Nouvelle connexion.

2. Sur la page Général, donner un Nom d’accès (login) à votre nouvel utilisateur, choisir son Authentification et préciser le mot de passe en cas d’authentification SQL Server. L’authentification Windows se base sur les comptes locaux du serveur SQL ou sur l’Active Directory dont dépend le serveur.

Décocher la ligne « L’utilisateur doit changer de mot de passe à la prochaine connexion » .

3. En bas de la même fenêtre, sélectionner la base de données par défaut sur laquelle l’utilisateur aura accès.

4. Aller à la page Rôles du serveur et cocher le rôle « public » dans la liste.

5. Sur la page Mappage de l’utilisateur, cocher la base de données mappée à l’utilisateur aura accès et cocher le rôle « db_datareader » dans la partie basse de l’écran.

6. Valider la création de l’utilisateur par OK.

 

Test du compte créé et de ses autorisations

1. Pour vérifier que l’utilisateur ne puisse pas écrire dans la base à laquelle il peut accéder en lecture (read only).

2. Et qu’il ne puisse pas accéder à une autre base.

Catégories
Expert Tutoriel

Créer une clé USB d’installation pour Windows Server 2012 / R2

Pour faciliter et accélérer l’installation de serveurs, il est possible de créer une clé USB d’installation pour Windows Server 2012.

 

Créer une clé USB d’installation de Windows Server 2012 / R2 depuis un fichier ISO

Préparation

  1. Avoir un ordinateur Windows XP, Vista, 7 ou 8 avec un port USB
  2. Télécharger l’outil Windows 7 USB DVD Download Tool :

    Télécharger “Windows USB DVD Download Tool” Windows-USB-DVD-Download-Tool.exe – Téléchargé 1138087 fois – 3 Mo

  3. Installer le logiciel Windows-USB-DVD-Download-Tool.exe
  4. Brancher une clé USB de minimum 4Go sur l’ordinateur

Malgré la dénomination « Windows 7 » de l’outil, celui-ci est compatible avec Windows Server 2008 / R2 et 2012 / R2.

 

Procédure

1. Ouvrir le logiciel Windows 7 USB DVD Download Tool et cliquer sur Browse pour charger le fichier ISO de Windows Server. Valider cette étape avec le bouton Next.

2. Cliquer sur « USB device » pour choisir l’installation sur une clé USB. On peut aussi créer un DVD d’installation à partir de cet outil mais Windows 7/8 sait déjà graver les fichiers ISO en natif.

3. Choisir la clé USB et cliquer sur « Begin copy » .

4. La copie prend quelques minutes et la barre de progression devient verte une fois l’opération accomplie. Le message « Bootable USB device created successfully » confirme que la copie s’est bien passée. Fermer le logiciel par la croix en haut à droite.

5. Ejecter la clé USB avant de la débrancher du PC et démarrer une installation de Windows Server.

Catégories
Actualité Expert

Nouveautés de Hyper-V sur Windows Server 2012 R2

La mise à niveau d’un serveur Windows 2012 en R2 apportera entre autres la dernière version de l’hyperviseur Hyper-V.

 

Nouveautés apportées par Hyper-V de Windows Server 2012 R2

  • Bios basé sur UEFI
  • Simplification des drivers virtuels
  • Support de Windows 8 et 8.1 ; Server 2012 et 2012 R2
  • Support amélioré des machines virtuelles Linux
  • Activation automatique des licences Windows (zero touch)
  • Compatibilité complète entre datacenter et IaaS Azure (site de secours pour PRA ou PCA)
  • Migration à chaud et sans interruption entre un hôte Server 2012 et un nouveau 2012 R2
  • Live Migration jusqu’à deux fois plus rapide
  • Extension ou réduction de la taille du fichier VHDX à chaud
  • Export et clone à chaud
  • Compression CPU pour économiser de la bande passante réseau durant une migration
  • Utilise SMB ou SMB Direct sur les liens réseau supérieurs à 10GbE
  • QoS sur le stockage
  • Configuration de la réplication des VM chaque 30 secondes, 5 minutes ou 15 minutes

Télécharger la vidéo ou le PowerPoint de présentation ici.

Catégories
Expert Tutoriel Windows Server 2012 / R2

Télécharger et installer Windows Server 2012 R2 Preview

La sortie de Windows 8.1 Preview s’est accompagnée d’une version d’essai de Windows Server 2012 R2, la (déjà) mise à jour pour Server 2012. Il s’agit encore d’une beta pour découvrir les quelques nouveautés apportées par cette importante mise à niveau.

Si Windows 8.1 devrait sortir d’ici quelques semaines, Windows Server 2012 R2 pourrait bien attendre quelques mois de plus pour être commercialisé. Les éditions Essentials, Standard et Datacenter seront au menu et Microsoft propose d’essayer la plus complète de ces versions.

 

Télécharger le fichier ISO de Windows Server 2012 R2 Preview

1. Aller sur le site http://technet.microsoft.com/fr-fr/evalcenter/dn205287 et cliquer sur le gros bouton vert.

2. Dans l’encart gris « Télécharger Windows Server 2012 R2 Preview » , sélectionner « ISO Windows Server 2012 R2 Datacenter Preview » .

3. S’identifier avec son compte Microsoft.

4. Charger le composant Download manager.

5. Enregistrer le fichier 9431.0.WINMAIN_BLUEMP.130615-1214_X64FRE_SERVER_FR-FR-IMP_SSS_X64FRE_FR-FR_DV5.ISO. La progression du téléchargement est affichée sous le bouton vert.

6. Noter la clé de produit pour l’installation : JGXYY-7NMTC-MHKY3-QCC9B-VQRG7
ou cliquer sur « Obtenir une clé de produit » (ce sera la même).

 

Installer Windows Server 2012 R2 Preview

1. Graver sur DVD le fichier ISO, le copier sur clé USB ou utiliser une machine virtuelle.

2. Entrer la clé de produit notée plus haut : JGXYY-7NMTC-MHKY3-QCC9B-VQRG7

3. Au choix des versions à installer, préférer la version avec interface graphique.

4. Demander une installation personnalisée.

5. Gérer ses disques et partitions.

6. L’installation est rapide et ne demande aucun autre renseignement. Seul le mot de passe du compte Administrateur local sera demandé à la fin.

7. Au premier démarrage, l’assistant réseau de Windows demande si l’on souhaite accéder à d’autres ordinateurs et périphériques du réseau. Mieux vaut répondre Oui pour un serveur d’entreprise. La question est intéressante pour un serveur en DMZ qui ne doit accéder à aucune ressource réseau.

8. L’installation de base est maintenant terminée.

On peut suivre ce tutoriel pour configurer Active Directory avec les serveurs DNS et DHCP.

Catégories
Expert Tutoriel Windows 7

Installer Windows 7 sur un ordinateur Dell acheté avec Windows 8

Vous avez acheté un ordinateur équipé de Windows 8 mais vous souhaitez installer Windows 7 à la place. Selon la version achetée du système, il est possible de procéder à un « downgrade » vers une version antérieure. Cependant, et comme pour Windows Server 2012, Microsoft ne fournit pas de média ni de clé de produit pour installer Windows 7 au lieu de Windows 8. Cette précision est importante et il faudra voir avec le revendeur et/ou le gestionnaire de licences Microsoft.

Prenons ici l’exemple du constructeur Dell : la gamme actuelle d’Optiplex et Latitude utilisent des Bios UEFI et cela peut poser problème dans le cas d’un downgrade vers Windows 7. Sur un ordinateur Dell acheté avec Windows 8, le bios par défaut est UEFI et empêche le démarrage sur un CD/DVD pour installer Windows 7. Le problème se pose aussi pour installer Linux ou utiliser un LiveCD du même genre.

Si la manipulation ne suffit pas et qu’un écran bleu apparait avant le début d’installation de Windows 7, il faut peut-être mettre à jour le Bios à partir de Windows 8. Téléchargez aussi les drivers du site Dell Support pour les installer sous Windows 7.

 

Installer Windows 7 (ou autre OS) avec un Bios UEFI Dell

1. Modification du bios

Entrer dans le Bios (F2 au démarrage), catégorie System Configuration, changer l’option SATA Operation pour « ATA » . Valider par Apply puis Exit.

2. Modification du boot manager

Appuyer sur la touche F12 au démarrage, choisir Change boot mode settings, Legacy Boot Mode – Secure Boot OFF, valider deux fois les changements avec Entrée et le poste redémarre tout seul.

3. Installation de Windows 7

Appuyer sur F12 au démarrage, il est maintenant possible de choisir le lecteur CD/DVD du Legacy boot. L’installation de Windows 7 commence. Penser à bien supprimer les partitions existantes au début de l’installation de Windows 7.

Si clé USB non reconnue, essayer avec un port USB 2.0 et/ou une clé USB 2.0.

 

Retour en Windows 8

Utiliser le media Windows 8 de Dell qui intègre le numéro de série Windows sur la carte mère. Appuyer sur F12 au démarrage, aller dans Change boot mode settings et repasser en UEFI Boot Mode.

Au redémarrage suivant, appuyer sur F12 et choisir le lecteur CD/DVD du UEFI boot.

 

Source de ces informations : le support Dell

Catégories
Expert Logiciels SGBD Tutoriel

Installer SQL Server 2008 R2 Express

SQL Server est un système de gestion de base de données relationnelles, plus communément appelé SGBDR. Edité par Microsoft, la première version date de 1989 et a fortement évolué pour s’adapter aux besoins les plus exigeants. Différentes versions existent, Standard, Enterprise, Datacenter, chacune avec ses spécificités et limitations. Nous testons ici la version gratuite « Express » mais l’installation des autres versions (standard, entreprise) est identique, elle différe seulement par les options à installer. SQL Server Express permet l’installation d’un nombre illimité de bases mais chacune d’entre elle ne pourra dépasser 10Go.

Si le logiciel SQL Server s’adresse aux systèmes « serveur » de Microsoft, l’édition Express autorise l’installation sur un poste Windows 7/8. Pratique pour l’installer sur des postes de développeurs, de consultants techniques et les ordinateurs portables des commerciaux qui font des démonstrations de logiciels métier.


 

Télécharger SQL Server 2008 R2 Express

Choisissons tout de suite la version de SQL Server 2008 R2 Express qui intègre la dernière mise à jour Service Pack 2 : http://www.microsoft.com/fr-fr/download/details.aspx?id=30438

  • SQLEXPR_x64_FRA.exe : logiciel SQL Server uniquement, en 64 bits
  • SQLEXPR_x86_FRA.exe : logiciel SQL Server uniquement, en 32 bits
  • SQLEXPRWT_x64_FRA.exe : logiciel serveur + client Management Studio, en 64 bits (WT pour With Tools)
  • SQLEXPRWT_x86_FRA.exe : logiciel serveur + client Management Studio, en 32 bits
  • SQLManagementStudio_x64_FRA.exe : partie cliente Management Studio uniquement, en 64bits
  • SQLManagementStudio_x86_FRA.exe : partie client Management Studio uniquement, en 32bits

Nous choisissons SQLEXPRWT_x64_FRA pour avoir le logiciel serveur ainsi que l’outil de connexion.

 

Note : les prérequis pour Windows XP sont les suivants : package .Net Framework 3.5 SP1 ; Windows Installer 4.5 ; PowerShell 1.0.

 

Installation de SQL Server 2008 R2 Express

1. Ouvrir le fichier SQLEXPRWT_64.exe, le setup se décompresse dans un fichier temporaire (qui sera automatiquement supprimé après l’installation).

2. Dans la partie Installation, cliquer sur Nouvelle installation ou ajout de fonctionnalités à une installation existante.

3. Accepter le contrat de licence, la deuxième ligne est inutile.

4. Choisir les fonctionnalités que vous souhaitez installer. Pour un serveur SQL, il faut cocher Services Moteur de base de données et Réplication SQL Server. Il peut être utile d’installer les Outils de gestion – De base, il s’agit là de SQL Server Management Studio, le client pour se connecter à son propre serveur ou sur un serveur distant. Le kit de développement SDK est réservé aux développeurs SQL.

5. Par défaut, SQL Server va créer une instance nommée SQLExpress (on peut modifier ce nom). Dans le cas d’une mise à jour avec une instance existante, on peut la conserver ou en créer une nouvelle dédiée à 2008R2. On peut aussi choisir le répertoire où sera stockée l’instance (il peut être judicieux de la placer sur un disque dédié). En bas se trouve la liste des instances actuellement présentes sur la machine.

6. Laisser par défaut ou sélectionner les comptes Active Directory qui vont gérer les services SQL Server.

7. Dans l’Attribution de privilèges d’accès aux comptes, privilégier le Mode mixte pour pouvoir utiliser un login Active Directory ou le compte « sa » (préciser le mot de passe).

L’onglet Répertoires de données permet de choisir le dossier de chaque partie : base de données (répertoire DATA), les logs, etc. Préciser aussi si vous voulez que le répertoire de sauvegarde par défaut soit autre part, par exemple sur un partage réseau.

8. Il est inutile d’envoyer des informations anonymes à Microsoft.
L’installation démarre et peut prendre un moment.
A la fin, le redémarrage peut être requis. Fermer les fenêtres ouvertes et redémarrer le poste.

 

Configuration de SQL Server 2008 R2 Express

1. Une fois le serveur redémarré, aller dans les Services de Windows (Panneau de configuration, Outils d’administration) pour vérifier que les lignes suivantes soient bien présentes :  SQL Server (nom instance) ; SQL Server Browser ; SQL Server VSS Writer.

2. Il se peut que vous ayez à fixer le port dynamique et activer le TCP/IP pour les connexions réseau : ouvrir le Gestionnaire de configuration SQL Server depuis le ménu démarrer. Dérouler Configuration du réseau SQL Server, Protocoles pour SQLEXPRESS (l’instance).

3. Double cliquer sur TCP/IP, passer la ligne Activé à « Oui »

4. Aller dans l’onglet Adresses IP pour fixer un Port TCP dans IPAll (par exemple 1433).

5. Valider les modifications et redémarrer le service SQL Server.

 

Connexion à SQL Server 2008R2 Express et création d’une base

1. Ouvrir le logiciel SQL Server Management Studio.

En local, indiquer le nom du serveur et de l’instance sous la forme « SERVEUR\INSTANCE » ou simplement un point « . » .
A distance, utiliser un Management Studio de même version ou supérieure et demander à se connecter à « SERVEUR\INSTANCE » .
Utiliser le compte « sa » ou un compte autorisé lors de l’installation.

La version est la 10.50.4000.0, c’est-à-dire en SP2 (voir la signification des numéros de versions de SQL Server).

2. Pour créer une base, faire un clic droit sur Bases de données (sont présentes les bases système par défaut) et choisir Nouvelle base de données. Lui donner un Nom, indiquer un propriétaire (par exemple sa).

 

Mise à jour Service Pack 3 pour SQL Server 2008 R2

Le dernier Service Pack disponible pour SQL2008R2 est le SP3, à télécharger gratuitement chez Microsoft. Il est recommandé d’installer ce dernier pack cumulatif de mises à jour

Catégories
Expert Windows Server 2012 / R2

Installer .NET Framework 3.5 sur Windows Server 2012 / R2

Windows Server 2012 / R2 est livré avec .NET Framework 4.5 mais certains logiciels nécessitent que le composant .NET Framework 3.5 soit installé sur la machine, par exemple pour l’installation de SQL Server. S’il est facile de trouver le setup pour Windows 7 ou 8, l’installation est un peu plus complexe pour Windows Server 2012 / R2.

 

Installer .NET Framework 3.5 (inclut .NET 2.0 et 3.0) sur Windows Server 2012 / R2

1. Ouvrir le Gestionnaire de serveur de Windows et cliquer sur « Ajouter des rôles et des fonctionnalités » .

2. Choisir « Installation basée sur un rôle ou une fonctionnalité » .

3. Sélectionner votre serveur dans le Pool de serveurs.

4. Ne pas sélectionner de « Rôle » et faire Suivant.

5. Aux Fonctionnalités, cocher la ligne (et si besoin ses dépendances) « Fonctionnalités de .NET Framework 3.5 » .

6. Ce message peut apparaitre sur l’écran suivant :

Dans ce cas, cliquer sur « Spécifier un autre chemin d’accès source » (en bas) et indiquer le chemin vers le DVD ou l’ISO d’installation de Windows Server 2012 pour qu’il y cherche les fichiers nécessaires, par exemple dans D:\sources\sxs.

6. L’installation se passe correctement et un message prévient de sa bonne fin.

7. Penser à appliquer un Windows Update pour installer les mises à jour de sécurité de .NET Framework 3.5.

Catégories
Expert Windows Server 2012 / R2

Changer la clé de produit de Windows Server 2012

En cas de clone d’un serveur, d’erreur ou de modification de licence, on peut être amené à devoir modifier la clé de produit de Windows Server 2012.

 

Changer la licence de Windows Server 2012

1. Ouvrir Windows PowerShell en tant qu’administrateur (clic droit sur l’icône de l’écran d’accueil et choisir Exécuter comme administrateur).

2. Saisir la commande « slmgr -upk » et valider, cela aura pour effet de désinstaller la licence en place.

3. Un message indique que la licence a bien été désinstallée.

4. Saisir la commande « slmgr -ipk » suivie de la nouvelle clé de produit et valider.

5. Ce message apparait si la clé de produit a bien été installée, sinon un autre message indiquera une erreur de saisie (il n’est donc pas possible d’écrire n’importe quoi comme dans l’exemple ci-dessus).

Catégories
Expert Tutoriel

Installer Windows 8 ou Windows Server 2012 sans clé de licence

L’installation de Windows 8 ou de Server 2012 depuis un DVD, un ISO ou une clé USB oblige à renseigner la clé de produit, peu pratique quand on installe à la pelle des machines de test. Il existe une solution pour intégrer le numéro de série à l’ISO et ainsi éviter de le saisir à chaque fois, ce qui n’empêchera bien sûr pas de devoir activer Windows après la période d’évaluation autorisée.

Cette manipulation fonctionne pour Windows 8 « normal », Professionnel et Entreprise ainsi que pour Windows Server 2012 Standard et Datacenter. Les versions d’évaluation sont compatibles, on y insère la clé de licence reçue par mail lors du téléchargement. Ce tutoriel peut être appliqué depuis une machine Windows XP, 7 ou autre.

 

Ajouter le numéro de licence dans l’installation de Windows 8 et Server 2012

1. Extraire le contenu du fichier ISO de Windows 8 ou de Server 2012 sur le disque dur.

2. Aller dans le dossier « sources » et créer un nouveau fichier texte.

3. Ouvrir nouveau ce fichier pour y coller ces quelques lignes (laisser les espaces libres).

[EditionID]

[Channel]
Retail

[VL]
0

4. Le renommer en « ei.cfg » en prenant bien garde de remplacer l’extension « .txt » (si nécessaire, afficher les extensions de fichiers).

5. Créer un ISO bootable à partir du dossier extrait depuis l’installation originale.

 

A noter que le champ [EditionID] permet de renseigner la version que l’on veut installer, une étape de moins dans le processus. Renseigner par exemple « Professional » pour choisir la version Pro par défaut.

Ces étapes sont nécessaires car il n’est pas possible de simplement ajouter un fichier à un ISO bootable.

Cette manipulation est tout à fait légale et autorisée par Microsoft, les entreprises l’utilisent pour accélérer le processus d’installation de Windows.