Ils viennent de remporter la course trail emblématique des Alpes, l’UTMB. Au terme d’un effort de plus de 19 heures, François D’Haene s’est imposé sur l’épreuve reine du trail devant l’Espagnol Kilian Jornet, pourtant grand favori de l’épreuve. Avec quelles montres connectées ces ultra sportifs courent-ils sur les plus hauts sommets d’Europe ?

Le Français, né à Lille en 1985, mesure 1,92m pour 75kg. Il est kinésithérapeute de formation et viticulteur aujourd’hui, dans le Beaujolais. Jornet est plus jeune (né en 1987), plus petit (1,71m) et plus léger (59kg). Il est sportif professionnel, c’est-à-dire qu’il court toute l’année, c’est son métier. En hiver, il fait aussi beaucoup de ski de randonnée.

Ces deux sportifs hors du commun sont arrivés sur les plus hautes marches du podium de la course UTMB 2017 (Ultra Trail du Mont Blanc), au terme d’un tracé de 171km pour 10300m de dénivelé positif cumulé. Un total de 2300 coureurs ont pris le départ de l’édition 2017 pour pouvoir arriver dans un délai maximal de 46 heures et 30 minutes (soit 2 jours et 2 nuits dehors, dans les montagnes, à courir). Seuls 1685 participants sont arrivés au terme de l’épreuve, soit par abandon soit à cause d’une barrière horaire dépassée.

 

Quelle montre pour les sportifs de haut niveau ?

Comme dans tout domaine, plusieurs entreprises s’affrontent sur le marché des montres connectées. L’Américain Garmin est certainement la plus connue, devant ses sérieux concurrents Suunto et Polar. Chaque constructeur a ses particularités mais propose un modèle haut de gamme qui cumule toutes les fonctionnalités attendues pour un athlète de haut niveau : précision maximale du GPS, écran lisible en toutes circonstances, fonctions d’entrainement, légèreté au poignet, autonomie record…

Chez Garmin, c’est la Fenix 5 qui s’impose dans le segment haut de gamme. Aussi qualitative mais moins luxueuse, la Garmin Forerunner 935 est très complète et gagne la préférence des triathlètes qui combinent natation, cyclisme et course à pied. Les sportifs sponsorisés reçoivent donc l’une ou l’autre pour s’entrainer et participer aux compétitions.

Suunto est une société du groupoe Amer Sports, qui détient aussi la marque de montagne Salomon, l’entreprise de cyclisme Mavic et le spécialiste du tennis Wilson. Suunto utilise son propre système Movescount pour centraliser les données des activités sportives mais c’est sur le site leader Strava que l’on retrouve les athlètes maison. Lors de l’UTMB 2017, François D’Haene et Kilian Jornet ont couru avec une Suunto Spartan Ultra, le modèle le plus haut de gamme du constructeur finlandais. La Spartan Ultra remplace le modèle Ambit3 Peak.

Polar n’est pas en reste mais l’entreprise finlandaise a moins de notoriété que ses deux concurrents. Sa V800 est donc naturellement moins fréquente sur les trails de montagne et les athlètes sponsorisés sont moins nombreux que chez Garmin et Suntoo.

 

Fiabilité des montres connectées de sport ?

Dans fiabilité, on entend qualité du signal GPS pour tracer un parcours identique à la sortie réalisée. Quand on court des dizaines de kilomètres, on souhaite que la trace GPS n’oublie pas quelques bornes au compteur et l’objectif est d’avoir la même distance à l’arrivée que celle qu’indiquent les organisateurs de la course. La précision du GPS combinée au GLONASS (le GPS version Russie) est donc le plus efficace.

Mais par fiabilité, on peut aussi parler de l’autonomie. Les athlètes de tous niveaux partent évidemment sur un ultratrail avec leur montre chargée à bloc. De 100% de batterie à la panne sèche, chaque modèle dispose d’une autonomie bien précise. Et c’est là que ça se complique puisque les finishers les plus rapides de l’UTMB n’ont pas pu garder le signal tout au long de la course. Il a pourtant couru le plus vite possible mais François D’Haene n’a pas pu enregistrer sa course en entier. Sa Suunto Sparta Ultra toute neuve s’est éteinte avant les 18 heures de course. Il a certainement gardé le mode le plus précis avec un enregistrement chaque seconde de sa course (GPS et GLONASS combinés). C’est aussi le cas pour Jim Walmsley et sa Garmin Forerunner 935, pourtant fer de lance de la marque américaine qui annonce fièrement 24 heures d’autonomie avec le relevé de la fréquence cardiaque. Pourtant, Jim n’a couru que 20 heures avant de voir sa montre s’arrêter. Quant à lui, Kilian Jornet a bien enregistré les 19h17 de son UTMB2017 avec sa Suunto Sparta Ultra, certainement en mode économie d’énergie, c’est-à-dire uniquement le signal GPS chaque seconde pour tenir jusqu’à 26 heures. Arrivé troisième en 19h53, l’Américain Tim Tollefson n’a pas terminé sa course avec sa montre Suunto Ambit3 Peak. Le coureur sponsorisé Hoka aurait dû gagner une heure de course pour avoir la trace complète sur son profil Strava.

 

Et pour nous ?

Au-delà de ces conditions extrêmes d’utilisation, les montres connectées de sport suffiront globalement à n’importe quel sportif. Dans le monde de la course à pied, rares sont ceux qui parcourent les sommets durant plus de dix heures. Ces épreuves sont appelées ultra trail et sont donc réservées aux ultra sportifs qui savent s’équiper.

Selon l’ITRA, l’association internationale dédiée au trail running, un trail « classique » dure moins de 42km. Le « trail ultra » version M va de 42 à 69km, le L de 70 à 99km, tandis que les ultra trail XL font plus de 100km. Et tout ça sans parler du dénivelé positif qui cumule quelques kilomètres tout au long du parcours.

Pour les athlètes du quotidien que nous sommes, avec des sorties de moins d’une heure ou des marathons de 4 ou 5 heures sur route, toutes les montres du marché conviendront. Pour les marathons de montagne et trails plus longs, il faudra faire attention à choisir un produit qui offre une autonomie de dix heures ou plus. Outre le mode « économie d’énergie » (UltraTrac chez Garmin), désactiver le moniteur de fréquence cardiaque (intégré ou via une ceinture) prolongera aussi l’autonomie du bracelet connecté. Pour les très longues sorties ou randonnées sur plusieurs jours, vérifier si la montre offre la possibilité d’être rechargée en cours d’utilisation. Ce n’est par exemple pas le cas de la célèbre Garmin Forerunner 920XT qui n’est donc pas adaptée aux sorties en autonomie de plusieurs jours. Ces montres sont catégorisées haut de gamme et sont donc vendues à des prix en conséquence, soit environ 500€ le bracelet. Et on ne court pas plus vite avec une belle montre chère payée !