Ceux qui pensent que Microsoft déteste Linux vont être déçus. Ils ne sont déjà pas au courant que l’entreprise américaine est l’un des plus gros contributeurs financiers du noyau libre. La firme va plus loin aujourd’hui en affichant clairement son amour pour Linux, un décalage fort par rapport aux déclarations du passé : « Linux is a cancer » disait Steve Ballmer en 2001.

Avec les années, Microsoft s’est ouvert au monde libre en acceptant les OS libres dans son système de virtualisation Hyper-V et propose maintenant l’installation de Suse, OpenSuse, CentOS et Ubuntu dans son cloud Microsoft Azure.

C’en est donc officiellement fini de la guerre Microsoft vs Linux / monde libre, chacun pouvant apporter des bénéfices à l’autre partie.