Pour ceux qui ne disposent pas de l’infrastructure adaptée ou qui ne veulent pas s’embêter à gérer le matériel d’un serveur, du stockage et du réseau, la solution Microsoft Azure peut s’avérer intéressante. Ce cloud privé peut héberger des machines virtuelles qui tournent sous Windows mais aussi sous Linux.

En utilisant le Windows Azure Management Portal, c’est-à-dire le portail de gestion Azure, il est très facile de créer une nouvelle VM, que ce soit avec un environnement Windows (Server ou Workstation) ou Linux. Microsoft a d’ailleurs récemment annoncé la compatibilité avec les distributions Ubuntu, OpenSuse, Suse Enterprise Server et CentOS. Les tarifs sont plus avantageux en choisissant une VM Linux puisqu’il n’y a pas le coût de la licence Windows.

Ce tutoriel fourni par Microsoft explique comment créer une machine virtuelle Linux dans le cloud Microsoft Azure.

Microsoft déclare qu’environ 20% des machines virtuelles hébergées sur Azure sont animées par des systèmes d’exploitation à base d’UNIX.